Un feu d’artifice tiré à la Tour Eiffel surprend les Parisiens

Sur les réseaux sociaux des Parisiens se sont inquiétés d’entendre des détonations dimanche soir. Il s’agissait en réalité d’un feu d’artifice tiré depuis la Tour Eiffel pour le final de la série Sense8, dont le tournage est en cours à Paris.Il était minuit dimanche soir lorsque la Tour Eiffel s’est embrasée. Pendant quatre minutes, un feu d’artifice plutôt inédit en cette fin octobre a éclairé le monument. Mais ceux qui n’avaient pas la chance d’être au pied de la Tour Eiffel se sont rapidement inquiétés. Fusillade? Victoire du PSG? Sur Twitter, beaucoup se sont interrogés sur les réseaux sociaux.Les Parisiens ont finalement été rapidement rassurés par d’autres messages sur Twitter relayant le feu d’artifice tiré de la Tour Eiffel. Un spectacle, plutôt inédit en cette fin octobre qui intervenait en réalité dans le cadre du tournage de la série Sense8 des soeurs Wachowski. Les riverains avaient notamment été avertis du tournage et du spectacle pyrotechnique. Les fans qui suivaient le spectacle se sont réjouis du spectacle.
La série Sense8 produite par Netflix devait initialement s’arrêter au bout de deux saisons mais grâce à la mobilisation des fans, un épisode bonus de deux heures doit prochainement voir le jour.Si on ignore encore la date de sortie de cet épisode tant attendu, on sait que le tournage a notamment eu lieu à Berlin, Bruxelles, Naples et Paris. La semaine dernière déjà, les acteurs de la série et l’équipe de tournage étaient d’ailleurs présents à Montmartre.

Publicités

CITATION DU JOUR 

Chaque jour Chris vous propose de découvrir une nouvelle citation où pensée du jour à partager avec vos amis !!!!!! 

Aujourd’hui je vous propose une citation de Jorge Luis Borges,écrivain argentin de prose et de poésie.

« L’avenir est inévitable, mais il peut ne pas avoir lieu. Dieu veille aux intervalles. » de Jorge Luis Borges.« The future is inevitable, but it may not happen. God watches over the intervals.”

Ligue 2 : Paris arrache le nul à Marseille (2-2)

L’Olympique de Marseille a failli faire chuter le PSG (2-2) dimanche en clôture de la 10e journée de Ligue 1. Luiz Gustavo a ouvert le score à la 16e minute, Neymar a égalisé à la 33e et c’est Florian Thauvin qui, à la 78e minute, pensait donner la victoire aux Olympiens. Mais Edinson Cavani a égalisé à la 93e minute sur un magnifique coup franc direct. Neymar a été expulsé pour un deuxième carton jaune à la 87e minute.Les Marseillais étaient chauds bouillants en début de match contre les Parisiens pour ce Classique, présenté comme un des plus déséquilibrés de l’histoire. Et, comme souvent dans l’histoire entre ces deux clubs, la logique n’a pas été respectée… 

Poussée par un public bouillant, l’équipe de Garcia gagne les duels et parvient à ouvrir le score sur une superbe frappe flottante du gauche du Brésilien Luiz Gustavo (16e).Sérieusement bousculé, le PSG se remet à l’endroit par un autre Brésilien, Neymar bien sûr, servi par Rabiot pour une frappe en une touche du gauche à ras de terre (33e). Changement de physionomie. Paris met le pied sur le ballon, Marseille ne parvient plus à ressortir. Idem au retour des vestiaires. Mais pas plus que l’OM, le PSG ne parvient à placer de frappe, en dépit d’une possession flirtant avec les 75%.Regroupés dans leur moitié de terrain, les Marseillais n’ont rien lâché et se jetaient à l’attaque comme des morts de faim dès qu’ils récupéraient le ballon.l’inconcevable est survenu à la 79e minute. À force de faire le dos rond, de mettre les Neymar, Cavani, Mbappé, Rabiot ou Thiago Silva en échec, Marseille parvient à sortir la tête de l’eau. Lancé à la place du transparent Mitroglou, Njie insiste à gauche de la surface devant Rabiot, prend finalement dessus et centre fort. Thauvin est là pour catapulter le ballon dans les filets (78e).Les Parisiens ont légèrement craqué, à l’image de Neymar. Il s’est fait expulser à la 87e minute, se prenant son deuxième carton jaune de la soirée pour un geste d’humeur sur Lucas Ocampos. En supériorité numérique, Bouna Sarr puis Morgan Sanson ont eu l’occasion de tuer le match, mais la frappe du premier a été déviée par Alphonse Areola et celle du deuxième n’était pas cadrée (88e).Marseille semblait y aller tout droit. Enfin battre le PSG version Qatari,mais Edinson Cavani a égalisé dans les arrêts de jeu,après avoir obetenu un coup franc suite à une faute de Sarr,son coup franc tape la barre transversale de Steve Mandanda avant d’entrer dans le but. Scénario incroyable à l’Orange Vélodrome !

Au classement, Paris reste leader mais ne compte plus que quatre points d’avance sur Monaco. Marseille est cinquième à huit longueurs du Paris Saint-Germain.Jamais depuis six ans et ce fameux 27 novembre 2011 les Marseillais n’avaient entrevu la victoire de si près face au PSG. Pour la 15e fois de suite toutes compétitions confondues, c’est encore raté.

Donald Trump a autorisé samedi la publication prochaine de milliers de nouveaux documents sur l’assassinat de John F. Kennedy

Le président américain Donald Trump a autorisé samedi la publication prochaine de milliers de nouveaux documents sur l’assassinat de John F. Kennedy gardés secrets pendant plusieurs décennies, entretenant le mystère autour de sa mort. « Sous réserve de la réception de nouvelles informations, je vais autoriser, en tant que président, que les DOSSIERS JFK longtemps bloqués et classés top secret soient ouverts », a tweeté Donald Trump en début de matinée.Cinq millions de documents environ sur l’assassinat de John F. Kennedy, provenant essentiellement des services de renseignement, de la police et du ministère de la Justice, sont conservés à Washington derrière les murs des Archives nationales. L’immense majorité, 88%, ont déjà été révélés au public, selon cette institution et 11% ont été publiés après avoir été caviardés. Jeudi, 3.100 documents qui n’ont encore jamais été dévoilés au public pourraient être finalement publiés, selon les médias américains, ainsi que la version complète de dizaines de milliers de documents qui avaient auparavant été caviardés.

Moment charnière de l’histoire des Etats-Unis, l’assassinat le 22 novembre 1963 du jeune président à Dallas, au Texas, alimente depuis des décennies les théories de la conspiration, certains doutant que le tireur, Lee Harvey Oswald, soit seul responsable. Des théories de la conspiration qui avaient repris un nouveau souffle après la sortie du film JFK de Oliver Stone en 1991. Face au débat public alors décuplé, une loi avait été signée en 1992 imposant la publication de tous ces documents, tout en conservant sous scellés une partie d’entre eux jusqu’à la date limite du 26 octobre 2017. 

Le président américain peut toutefois encore décider d’en maintenir certains secrets, pour des questions de sécurité. Une option que Donald Trump se réserve dans son tweet. Citant des membres de l’administration, le journal Politico avançait ainsi vendredi que Donald Trump était sous pression, notamment de la CIA, pour qu’il bloque la publication de certains de ces documents, notamment ceux datant des années 1990 car ils pourraient exposer des agents et informateurs de la CIA et du FBI encore en activité.