Une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle à Levallois-Perret

Une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle mercredi matin à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, faisant six blessés dont trois plus sérieusement. Leur pronostic vital n’est pas engagé.Vers 8 heures mercredi, une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle dans le centre de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. L’incident a eu lieu précisément sur la place de Verdun, devant un grand immeuble social situé à 200 mètres de la mairie. « Des militaires de l’opération Sentinelle sont sortis en rang pour faire leur tournée. Un véhicule BMW qui était prépositionné dans l’allée leur a foncé dessus au moment de retrouver leur véhicule », a déclaré le maire de la ville, Patrick Balkany, sur BFMTV. « C’est sans aucun doute un acte délibéré parce que ça s’est passé dans une voie qui est un cul-de-sac devant le casernement de ces militaires et ce véhicule, visiblement, attendait qu’ils sortent pour rejoindre leur véhicule et leur a foncé dessus », a-t-il ajouté.

La ministre française des Armées Florence Parly a condamné mercredi un « acte lâche » après qu’une voiture a foncé sur des militaires en patrouille à Levallois-Perret, près de Paris, faisant six blessés, dont trois grièvement.

 « Ce matin vers 8 heures, un véhicule a percuté des militaires de l’opération Sentinelle en patrouille à Levallois-Perret. Six militaires du 35ème régiment d’infanterie de Belfort ont été blessés, dont trois plus grièvement, sans que leur pronostic vital ne soit engagé », a précisé la ministre dans un communiqué. « L’auteur, en fuite, est activement recherché par les forces de l’ordre. L’enquête en cours déterminera ses motivations et les circonstances dans lesquelles il a agi », a-t-elle ajouté.La ministre, qui doit se rendre dans la journée au chevet des blessés en compagnie du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, a condamné « avec la plus grande fermeté cet acte lâche qui n’entame en rien la détermination des militaires à oeuvrer pour la sécurité des Français ».

« Une voiture qui était dans le quartier est arrivée vers le dispositif. Elle roulait doucement, à cinq mètres à peu près des militaires. Elle a accéléré de manière à pouvoir les percuter. (…) Nous savons que c’est un acte délibéré, ce n’est pas un acte accidentel », a-t-il déclaré devant l’hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), où il rendait visite à des blessés avec la ministre des Armées Florence Parly.

La section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête. Le parquet a ouvert une enquête pour tentative d’assassinats « sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste ». L’enquête a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), précise le parquet de Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s