Hommage au Père Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray

Il y a un an jour pour jour, deux terroristes assassinaient le père Jacques Hamel, en pleine messe, dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Mercredi, habitants, proches des victimes, communautés religieuses, responsables politiques locaux et représentants de l’État ont rendu un hommage national au prête octogénaire dans cette même église, au cours d’une cérémonie religieuse puis avec le dévoilement d’une stèle dite républicaine.L’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, a présidé une messe à 9h – heure à laquelle officiait le père Hamel le jour de sa mort – dans l’église martyre, en présence d’Emmanuel Macron, du Premier ministre Édouard Philippe et du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Anouar Kbibech, ex-président du Conseil français du culte musulman, participait aussi à cet hommage avec une délégation du Conseil régional du culte musulman. Enfin, 14 membres de la famille du père Hamel étaient présents ainsi que trois des cinq fidèles qui étaient dans l’église le jour de l’attentat. La messe a été diffusée à l’extérieur de l’édifice sur un grand écran, où se trouvaient une centaine de personnes qui n’avaient pas pu prendre place à l’intérieur.

Après la messe, une stèle républicaine « pour la paix et la fraternité et à la mémoire » du prêtre a été inaugurée devant l’église, et dévoilée par la sœur du père Hamel et Emmanuel Macron. Sur ce disque en inox de près de 2,50 mètres de diamètre est gravée la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. « La Déclaration rappelle notre attachement aux valeurs républicaines qui sont les nôtres : la liberté, l’égalité et la fraternité », a expliqué le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Joachim Moyse, lors d’un discours. L’archevêque de Rouen, qui a de nouveau pris la parole, a souligné le fait que le visage du père Hamel, dont le profil est présent sur la stèle, « semble regarder » l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. » 

Emmanuel Macron présent lors de cette cérémonie hommage s’est exprimé 

« La République n’a pas à combattre une religion, ni à vouloir se substituer à elle », a affirmé mercredi Emmanuel Macron, lors de l’hommage national au père Jacques Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray, où le prêtre octogénaire a été égorgé il y a un an dans son église.

« La République n’a pas à combattre une religion, ni à vouloir se substituer à elle. Elle oeuvre chaque jour à ce que chacun puisse croire ou pas, dans l’intensité et l’intimité de sa foi, en homme libre », a déclaré le chef de l’Etat. « Mais chaque religion (…) a à mener sa part de combat pour que jamais la haine, le repli, la réduction de ce que nous sommes ne puissent triompher ».

 Les assassins du père Jacques Hamel, il y a un an, ont « échoué » à « exacerber la peur des Français » et « la soif de représailles », a par ailleurs affirmé le président Emmanuel Macron. La solidarité exprimée après cet attentat djihadiste a rappelé « à tous les Français que la République n’est pas le règne du relativisme », a déclaré le chef de l’Etat lors de cette cérémonie d’hommage. « Au cœur de nos lois et de nos codes forgés par l’Histoire, il est une part qui ne se négocie pas, une part sur laquelle on ne porte pas la main, une part, j’ose le mot, sacrée. Cette part, c’est la vie d’autrui », a-t-il ajouté. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s