Cérémonie hommage aux victimes de l’attentat de Nice du 14 Juillet 

Un an après l’attentat meurtrier de la Promenade des Anglais, la France va honorer la mémoire des victimes le jour de la fête nationale.Le 14 juillet 2016, alors que des dizaines de milliers de personnes célébraient la fête nationale sur la Promenade des Anglais, la mythique avenue niçoise, 86 personnes perdaient la vie, fauchées par le camion conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Plus de 400 autres passants étaient blessés. Un an plus tard, les festivités du 14 juillet 2017 s’annoncent placées sous le signe de la commémoration de ce jour de deuil.«Cet hommage, que la Ville de Nice dédie aux victimes de l’attentat du 14 juillet, associe dans une même émotion, le souvenir de ces enfants, de ces femmes et de ces hommes, dans toute leur humanité et la nécessaire célébration de notre fête nationale. La ville se devait de l’organiser en lien étroit avec les familles», a expliqué le maire de Nice, Christian Estrosi à Nice Matin. L’édile a également précisé sur BFMTV dimanche que les feux d’artifice habituellement programmés à cette date n’auront pas lieu «ni à Nice, ni dans la région». Les festivités sont décalées au lendemain.

La ville de Nice (Alpes-Maritimes) va honorer la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie ce jour-là lors d’une journée qui comprendra un hommage participatif des habitants, qui, munis de 12.000 plaques de couleur, écriront un message qui ne pourra être lu que du ciel et par un drone équipé d’une caméra. En fin d’après-midi, un défilé militaire aura lieu place Masséna, accompagné d’un passage de la Patrouille de France et suivi d’un hommage municipal lors duquel Nissa la Bella, l’hymne de la ville, et La Marseillaise seront interprétés. Un concert d’hommage conclura la journée.

  • CÉRÉMONIE HOMMAGE À NICE 

 Cette journée  débute par un hommage participatif sur le quai des États-Unis. Les Niçois et les visiteurs déposent des plaques bleues, blanches et rouges. Les premières sont déposés par les familles des victimes ainsi que par Chritian Estrosi, maire de Nice et président de la métrople Nice-Côte d’Azur. À la fin de la journée, celles-ci formeront un message à vocation universelle qui sera dévoilé et projeté sur des écrans géants à 20h.Christian Estrosi  et les familles des victimes écrivent les premiers mots dans les livres d’or.Une Immense émotion s’installe.Au total, 12 000 plaques sont distribuées.Les visiteurs pourront également inscrire les mots qu’ils souhaitent dans un livre d’or dédié à la mémoire des victimes.A 10 heures, les victimes et leurs familles ont rendez-vous à la Villa Masséna pour une cérémonie interreligieuse. Une cérémonie d’une heure, qui se tiendra à huit-clos.Tout au long de la journée, des fleuristes offriront des roses blanches aux personnes venues se recueillir. Plus de 3.000 fleurs ont été commandées pour l’occasion. 

Une Atmosphère particulière s’installe  ce matin sur la Promenade Des Anglais.Face à la mer, là où les vies ont été fauchées, des prénoms de victimes ont été dessinés à la craie, entourés de fleurs et de bougies, comme l’an passé, créant le sentiment perturbant de revivre la douleur et l’émotion du lendemain du drame.Sur le quai des Etats Unis, le message d’hommage commence à se former.Un temps de recueillement conçu par Alpes-Maritimes Fraternité unissant les cultes juif, bouddhiste, catholique, musulman, protestant, orthodoxe grec et arménien dans une même prière, pour entourer les proches des victimes et blessés de l’attentat, un an après. Conçue comme une bulle de recueillement, cette cérémonie s’est déroulée à huis-clos.Hors public, ni caméras, ni photographes. Volonté des familles pour leur permettre de se retrouver, aux côtés du maire de Nice, Christian Estrosi et des élus de la Ville, pour unir ensemble, leur coeur et leur douleur.Une belle, simple et poignante cérémonie qui s’est ouverte sur une cascade de notes jouée par un harpiste. Puis se sont enchaînés des gestes forts, symboliques.La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, se rend au Centre Hospitalier Universitaire de Nice, à 12 heures, et à l’hôpital pour enfants Lenval pour rencontrer le personnel hospitalier. Ces deux hôpitaux sont ceux qui ont reçu les victimes de l’attentat du 14 juillet 2016.Peu après l’attaque, le «plan blanc» avait été déclenché afin de déployer le plus de personnel possible.Elle à d’ailleurs dévoiler une plaque commémorative en compagnie de Christian Estrosi.

  • Défilé du 14 Juillet 

Plus tard dans l’après-midi, un défilé d’hommage aux victimes clôturé par la Patrouille de France sera organisé sur les avenues Félix Faure et Verdun ainsi que sur la place Masséna. Emmanuel Macron, qui assistera au défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, a annoncé qu’il se rendrait à Nice pour assister à cette commémoration.L’hommage municipal sera alors rendu aux disparus sur la place Masséna à travers des discours officiels, des témoignages et le respect d’une minute de silence.Emmanuel Macron et ses deux prédécesseurs, François Hollande et Nicolas Sarkozy, se sont rendus ensemble dans l’avion présidentiel à Nice vendredi après-midi pour participer à l’hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016, selon l’Elysée.Emmanuel Macron vient d’arriver à la mairie de Nice. Il va s’entretenir avec Christian Estrosi accompagné lui aussi par sa femme Laura Tenoudji avant de lancer la cérémonie d’hommage.François Hollande et Nicolas Sarkozy. Ces deux derniers ont pris place dans la tribune officielle où attend également aussi Bono, le chanteur de U2 qui est un proche de Christian Estrosi.Vers 16 h 30 Emmanuel Macron et son épouse Brigitte viennent de sortir de la mairie de Nice où ils se sont entretenus durant une quinzaine de minutes avec le maire de la ville, Christian Estrosi. Ils se dirigent à présent vers la place Massena et saluent les habitants nombreux à être présents dans le centre de Nice.Emmanuel Macron est place Masséna. Dans les tribunes, les ministres Gérard Collomb (Intérieur), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur), Françoise Nyssen (Culture), Agnès Buzyn (Santé), Nicole Belloubet (Justice) et le président de l’Assemblée nationale François de Rugy et le président du Sénat Gérard Larcher assistent à l’hommage.Le président de la République arrive à son tour sur la place Masséna, en même temps que les Rafale. La cérémonie commence, par « La Marseillaise », puis Emmanuel Macron passe en revue les troupes présentes.C’est l’un des moments forts de la cérémonie. Franck Terrier, l’homme qui a tenté d’arrêter le camion du terroriste depuis son scooter, vient d’être décoré Chevalier de la légion d’honneur. Très ému, il a été chaudement applaudi par tout le public. Au total, 42 personnes étant intervenues lors de cette soirée cauchemar, des pompiers aux forces de l’ordre en passant par le personnel de santé, vont se voir remettre une médaille.La remise des décorations continue, place Masséna, avant le défilé militaire.Outre les héros du 14-Juillet, plusieurs décorations sont actuellement remises à tous ceux qui ont fait preuve de courage, de fraternité et de solidarité cette nuit-la.Le défilé militaire commence. 220 soldats vont passer devant Emmanuel Macron avant de défiler sur les avenues Felix Faure et Verdun. Dans chacun des bataillons présents, des membres se sont mobilisés lors de l’attaque de 2016. L’Elysée a voulu rendre « hommage aux héros ».La Patrouille de France va clore le défilé militaire peu avant 18 heures, début de l’hommage civil avec, à venir, l’interprétation de Nissa La Bella en hommage aux 86 victimes de l’attentat.Dans les livres d’or, des centaines de messages de paix, d’amour,de tristesse, de deuil. Des poèmes. Et des dessins d’enfants.Un peu plus loin, quai des Etats-Unis, les 11.997 plaques bleu-blanc-rouge, décorées du cœur de l’OGC Nice, ont été déposées. Le message qu’elles formentsera dévoilé par un drone à 20 heures.Après avoir été joué ce matin sur les Champs-Elysées, l’hymne niçois Nissa la Bella est également chanté ce soir sur la place Massena, par des membres de l’Opéra et de l’Orchestre philharmonique de la ville.Vincent N’Cho, le vice-gouverneur d’Abidjan, ville jumelée à Nice, puis Adel Chlioui, gouverneur de Sousse, sont invités à dire quelques mots pour rendre hommage aux victimes de l’attentat et temoigner de leur solidarité avec les habitants.Plusieurs artistes – Michèle Laroque, Patrick Timsit, Michel Legrand, Patrick Chesnais, Michel Boujenah, Elsa Zylberstein, Line Renaud et François Berléand – lisent à présent un texte de Jean-Marie Le Clézio, originaire de Nice.

Les noms, prénoms et âges des victimes sont lus pendant que certaines photos des victimes sont affichées sur l’écran selon la volonté des familles. Le Choeur d’enfants et le Choeur philharmonique déposent quant à lui les 86 carrés gravés du nom des victimes pour composer la mosaïque constituant le coeur de l’OGC Nice.En mémoire des victimes de l’attentat du 14 juillet 2016, une minute de silence est observée place Massena à Nice.Nous n’oublirons rien… » Le maire de Nice, Christian Estrosi, prononce un discours d’hommage aux victimes et en profite une nouvelle fois pour remercier toutes les personnes, professionels ou simple habitants, qui ont apporté leur aide aux blessés lors de l’attentat et les jours suivants.Christian Estrosi, le maire de Nice, a pris la parole pour rendre à son tour hommage aux victimes et saluer les « héros » qui sont intervenus le 14 juillet 2016 pour aider les victimes ou tenter d’arrêter le terroriste. Il a également remercié Emmanuel Macron pour son déplacement, et pour avoir, « de son initiative », fait jouer Nissa la Bella le matin même sur les Champs-Elysées.C’est au tour d’Emmanuel Macron de prononcer quelques mots en hommage à toutes les victimes de l’attentat de Nice. « Chaque Français a ressenti dans sa chair l’immense violence qui s’est abattue sur vous », a déclaré le chef de l’Etat, rendant hommage aux victimes. « La France s’est mise à l’unisson de votre douleur. Nous avons oublié le nom de cet anonyme meurtrier, mais nous avons appris le nom de nos morts. »

 « Comme vous avez été forts, comme vous avez été dignes, vous qui avez connu l’effroi », a-t-il poursuivi, saluant lui aussi les « héros » du 14 juillet 2016 et « la générosité des Niçois ». « Dans ce malheur incompréhensible et infini, vous avez eu les mots qui consolent, les gestes de fraternité. C’est vous, peuple de Nice, qui avez permis à la Nation de redresser la tête. De cela, je veux aujourd’hui vous remercier ».

« Je ne tairais pas ici les reproches. Il faut affronter la rage qui se libère et s’exprime. Cette rage beaucoup d’entre vous la porte encore au creux de l’estomac », a reconnu Emmanuel Macron, en une référence à peine cachée aux zones d’ombre qui persistent encore autour de la sécurité du 14-Juillet 2016 à Nice.

 Le président de la République le promet : « Tout se fera pour que l’Etat, la puissance publique regagne votre confiance […] L’Etat ne se soustraira pas à son devoir de clarté ». Emmanuel Macron a tout de même salué « l’engagement », le « travail » et « les victoires » du précédent exécutif, citant nommément François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. 

« F. Hollande, M. Valls, B. Cazeneuve ont inlassablement combattu le terrorisme. J’ai vu, le 14 juillet 2016, leur sidération »
« Au delà de ce moment de deuil et d’émotion, ce que je vous dois, c’est de pousursuivre la luttte contre le terrorisme à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières »Le chef de l’État annonce que « tout sera maintenu » dans l’aide aux victimes du terrorisme.Le 14 juillet nicois ne sera plus jamais le même, le 14 juillet de France non plus »

« Ce que veulent nos assaillants, c’est simplement nous voir pleurer. Et vous avez répondu par votre dignité »

« Ce soir, grace à vous, la France est encore un pays où la liberté prévaut »

La Marseillaise retentit à présent sur la place Massena, interprétée par le choeur d’enfants de l’Opéra de Nice, le choeur de l’Opéra Nice Côte d’Azur et le choeur philharmonique de Nice Côte d’Azur.L’hommage municipal aux victimes est terminé. A présent, Emmanuel Macron va rencontrer plusieurs familles de victimes.

  • Concert hommage 


Enfin, un concert hommage de l’orchestre philarmonique, et du choeur d’opéra, retentira sur le miroir d’eau de la promenade Paillon et sur la place Masséna. «Avant le début du concert, huit artistes liront des textes d’auteurs niçois», précise la municipalité sur son site. Ces lectures célèbreront les oeuvres de Max Gallo, Henri Matisse, Romain Gary, Stephen Liégeard, Roger Martin du Gard, Paul Valéry, ou encore Hector Berlioz.   
Au terme d’un spectacle d’environ 1h30, une minute de silence sera respectée avant le déploiement d’une mise en lumière sur la promenade des Anglais. «A l’issue de cette mise en lumière, l’artiste Calogero viendra interpréter sur scène sa chanson «Les feux d’artifices », conformément au souhait des familles des victimes», précise la mairie. 86 lampions seront ensuite lancés dans le ciel en mémoire des 86 personnes tuées il y a un an.

Des mots pour dire la douleur. Un texte pour dire l’absence. Dans une lettre posthume adressée à Camille Murris, Marek, ami intime de sa famille, rend hommage à cette jeune Niçoise, tombée sur la Prom’ à l’âge de 27 ans, avec 85 autres anges.

C’est sa mère Anne qui nous a transmis ce texte. Pour rendre un hommage à sa fille, à la veille de l’hommage national qui sera rendu vendredi à Nice. Un hommage poétique, à l’instar du projet « 86 galets dans l’Himalaya », qu’Anne Murris a également porté, au nom de l’association Promenade des Anges-14 juillet 2016.

Un texte de Marek  est lu ce vendredi, lors des commémorations de l’attentat de Nice. Voici son hommage à Camille, cette jeune femme avide de voyage et de découvertes.
« Camille,
Une année est passée. Les jours ont défilé, avec leur lot de leçons utiles. J’aurais tant à te dire, à toi qui sais déchiffrer l’amour caché derrière les actes et les mots. Et tu m’écouterais, une fois de plus, les yeux penchés sur mes sentiments.
Mais qu’ignores-tu encore du cœur des hommes, depuis que tu composes l’éternel? Ta position parmi les étoiles te révèle forcément les vérités du monde, toi qui étais déjà si clairvoyante.
J’aimerais donc plutôt te poser des questions et comprendre. Comprendre de quoi sont faites mes larmes qui mélangent espoir et dépit devant les scènes de mon temps, depuis que tu n’es plus là.
Camille, comment se fait-il que la valeur des choses soit si difficile à saisir? Pourquoi nous agitons-nous autour du gouffre de nos basses manies, au lieu de vivre, comme tu savais le faire? Pourquoi cet entêtement à demeurer les étrangers de nos aspirations ? Il serait pourtant simple de nous concerter, d’avancer lorsque c’est nécessaire, de nous arrêter lorsqu’il est encore temps. Tout se déroule comme si nous ne pouvions plus rien, comme si le domaine du choix était hors de portée. Il est rare qu’un « oui » ou un « non » porte assez de sincérité pour que je tende encore l’oreille.
Tout de même Camille, pourquoi les gens font-ils cela? Pourquoi la jalousie est mieux partagée que l’écoute, l’excès mieux diffusé que la patience, la rivalité mieux défendue que l’entente? D’où vient ce goût pour l’affrontement qui tourne dans bien des cas à l’obsession? La lutte contre son prochain comme prélude à la mort me révolte avec une certaine rigueur depuis que tu es partie. Quand je la dénonce, on me traite de doux rêveur et l’on m’assène que « les humains sont ainsi ». Mais je n’y crois pas une seconde et tu sais aussi pourquoi.
Comment aurions-nous pu Camille, construire une telle relation avec ta famille depuis quelques mois, si cet horizon était indépassable? Comment nous serions-nous retrouvés avec pareille certitude, en sachant que nous pouvions nous faire une absolue confiance dans cette terrible épreuve? Qui serait assez fou pour croire que tu n’es pas encore là sous une autre forme pour orchestrer notre si belle complicité? Car oui, ta présence est manifeste au-delà de nos seuls souvenirs. En devinant ta place, nous nous mettons en ordre pour accueillir les restes de beauté qui demeurent ici-bas. L’amour que j’éprouve pour toi ne faiblira jamais, voici mon seul repère permanent parmi les hommes.
Comment arrives-tu à me transmettre encore ce sourire Camille, qui m’offre le courage de continuer à interroger ce monde? Quelle est cette force immense que tous les gens qui te connaissaient vraiment ont ressenti en te croisant et ressentent toujours lorsqu’ils pensent à toi? Pourquoi suis-je à ce point persuadé que l’essentiel réside dans ce joyau que tu nous a légué et que tu entretiens?
Tu façonnes encore mon présent et demeures plus que jamais le miracle de ma vie. Tu continues à me transmettre des bribes de ce qui m’échappe, juste assez pour que je désire âprement en savoir plus. En chaque personne que je croise, je recherche et trouve un peu de toi, dans ses attraits cachés, au-delà du maîtrisable.
Camille, tu parviens à être le meilleur réconfort à ta propre absence grâce à ta vie et aux traces qu’elle a laissées. Tu es tout mon courage. Je t’embrasse depuis les bribes de la Terre qui émergent encore.Marek »

  • « Les étoiles pour témoins »

Si nous pouvions interroger les étoiles, aurions nous accès aux vérités qui dispersent les hommes depuis la nuit des temps? De là-haut en tous cas, elles surplombent les petits espaces clos de chacun. Qu’ont-elles vu le 14 juillet dernier sur la Promenade des anglais? Une soirée d’été au cours de laquelle des gens se rassemblent en nombre.Une fête nationale où l’on célèbre en acte la diversité de ses racines, l’infinité de ses branches. Un feu d’artifice comme on sait les faire à Nice. De la lumière, des couleurs, des yeux qui brillent. De la contemplation.Des petits sur les épaules de leurs papas, des mamans qui les aident à grimper et, derrière eux, des mains qui s’étreignent en attendant la suite, sur la promenade de la vie.Puis le ciel s’est obscurcit. En dessous de lui, le tonnerre remplaçait les éclats de feu et l’orage démarrait, comme pour prévenir de quelque chose, comme si la nature annonçait les folies de tout en bas. Mais les gens marchaient encore. Ils parlaient encore, riaient encore, rêvaient d’un monde aussi juste que leurs joies simples.L’horreur avait pourtant tranché pour eux, au mépris des étoiles que l’on voit depuis tous les continents, lorsqu’on lève un peu les yeux.Un camion a foncé dans la foule et a déchiré la France… » Pauline Murris 

Avant le début du concert en hommage aux victimes, un film « 86 galets sur l’Himalaya » va être diffusé. D’une durée de 8 minutes, il relate l’ascension au sommet du Stok Kangri (6 153 m) par l’association niçoise « Exploits sans Frontières », qui a déposé 86 galets peints en bleu-blanc-rouge et portant le nom de chacune des victimes de l’attentat de Nice.Les concerts en hommage aux victimes de l’attentat de Nice ont débuté alors que des célébrité lisent des textes.Plusieurs textes sont actuellement lus par huit artistes. Au programme :

François Berléand : Il lui a manqué 1789 (Max Gallo)

Michel Boujenah : Lettres à Peter Gast (Nietzsche)

Patrick Chesnais : Fleurs de démocratie (Stephen Liegeard) et Lettre à Alphonse Karr (Alphonse de Lamartine)

Michèle Laroque : Journal (Marie Bashkirtseff)

Michel Legrand : Propos à Louis Aragon (Henri Matisse)

Line Renaud : Mémoires (Hector Berlioz)

Patrick Timsit : Lettre à André Gide (Roger Martin du Gard)

Elsa Zylberstein : Les quatre filles du docteur March (Louise May Alcott) Le Choeur de l’Opéra et le Choeur Philharmonique interpréteront des oeuvres comme l’Aria de Bach et le Vissi d’Arte de Tosca, avec la Soprano Svetla Vassileva. L’accordéoniste Richard Galliano va interpréter l’Adios Nonino d’Astor Piazzola. A la fin du concert, Calogero interprétera les « Feux d’artifices ».Suite aux concerts, une minute de silence sera observée avant que 86 faisceaux lumineux éclairent le ciel niçois.Toute la ville de Nice s’est tue, figée dans le souvenir des victimes de l’attentat du 14 juillet lors d’une minute de silence. Le chanteur Calogero a pris le relais et interprète l’une de ses chansons, « Les feux d’artifices », accompagné par l’orchestre philharmonique de Nice.Calogero a terminé sa chanson en larmes et vient de quitter la scène.

https://youtu.be/WDNW6TbzGPQ

Un lâcher de 86 ballons, en mémoire aux 86 victimes, viennent de s’envoler au-dessus de la place Massena. Ils sont suivis de 300 autres ballons lâchés par le public.86 faisceaux lumineux viennent de s’allumer depuis la Promenade des Anglais. Ils le resteront jusqu’à 1h du matin. Il s’agit de l’ultime temps fort de cette journée d’hommage particulièrement émouvante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s