Emmanuel Macron reçoit Donald Trump à Paris 

Emmanuel Macron a accueilli Donald Trump à l’hôtel national des Invalides ce jeudi 13 juillet, dans l’après-midi. Le président américain assistera vendredi matin au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées.Les deux présidents, accompagnés de leurs épouses, ont échangé une brève poignée de main et quelques mots avant de poser pour les photographes.Après les hymnes nationaux, les présidents français et américain passent en revue les troupes militaires.Emmanuel Macron et Donald Trump saluent les délégations présentes.Les chefs d’Etat, rejoints par leurs épouses, visitent l’église Saint-Louis des Invalides ainsi que le musée. Le président américain  observe les plaques commémoratives de plusieurs maréchaux: Juin, De Lattre de Tassigny, Leclerc de Hauteclocque et Koenig. Il descend vers le tombeau de Napoléon 1er.Les deux couples présidentiels descendent vers la crypte de l’église, pour voir le tombeau de Napoléon. L’Elysée retransmet la séquence en direct sur sa page Facebook.Emmanuel Macron montre au couple présidentiel américain la tombe du maréchal Foch, toujours selon les images fournies par l’Elysée sur sa page Facebook.Donald Trump et Emmanuel Macron continuent de discuter dans les couloirs des Invalides, et prennent du retard sur le protocole. Les deux hommes traversent à nouveau la cour des Invalides, d’un pas lent, et s’apprêtent à rejoindre l’Elysée, où ils doivent s’entretenir en tête à tête pendant environ une heure. Donald Trump signe le livre d’Or.Les deux épouses des chefs d’Etat partent de leur côté, pour une visite de la cathédrale Notre-Dame de Paris et une balade en bateau sur la Seine.Elles sont accueillies par le clergé à la Cathédrale Notre Dame.Une foule nombreuse s’est massée à proximité du parvis pour tenter de les apercevoir.La First Lady américaine a allumé un cierge à l’intérieur de la cathédrale et jeté une pièce dans le tronc, avant de signer le registre. Les Premières dames quittent Notre-Dame. Elles doivent désormais aller faire une promenade en bateau sur la Seine.

  • Donald Trump à L’Elysée

La limousine blindée de Donald Trump s’est garé  dans la cour de l’Elysée. Après la traditionnelle photo et poignée de mains sur le perron, Emmanuel Macron et Donald Trump s’isolent à l’intérieur du palais présidentiel, pour un entretien bilatéral.Au terme de cette première journée, les deux chefs d’État se sont prêtés au jeu de la conférence de presse depuis l’Élysée. Accord de Paris sur le climat, situation en Syrie, accords commerciaux, lutte contre le terrorisme… Les sujets abordés ont été nombreux alors que les relations entre Emmanuel Macron et Donald Trump ont régulièrement été tendues depuis la prise de fonction du président français.Je pense que c’est à la fois symbolique et important que le président des Etats-Unis puisse être présent demain pour célébrer notre fête nationale », fait valoir Emmanuel Macron après avoir remercié Donald Trump de sa présence à Paris. « La présence de Donald Trump était naturelle, et je pense que c’est important pour l’histoire de notre pays », ajoute le chef de l’Etat. 

Le président de la République explique avoir notamment parlé d’accords commerciaux, de lutte contre le terrorisme ou encore du dossier syrien avec son homologue américain. Emmanuel Macron a notamment fait valoir une vision « conjointe » sur la Libye et le Sahel, et une « détermination commune » sur de très nombreux sujets, mais aussi des « désaccords » sur la question du climat. « Sur le climat, nous connaissons nos désaccords. (…) Je respecte la décision du président Trump, mais je reste attaché à l’Accord de Paris », souligne ainsi Emmanuel Macron. 

« En matière de lutte contre le terrorisme, nos vues sont parfaitement alignées », ajoute encore le chef de l’Etat. 

Quelques minutes auparavant, Donald Trump avait tenu à remercier le président Macron pour cette invitation. « C’est une grande fête nationale. La France est un très beau pays avec une Histoire noble. Lorsque la Bastille a été prise, c’est le cours de l’Histoire qui a été changé, nos deux nations se sont rejointes dans la lutte pour la liberté. La France et les États-Unis sont des alliés de longues dates. Nous sommes restés ensemble et nos relations sont excellentes (…) L’amitié entre nos deux pays est indestructible », a-t-il lancé.

Emmanuel Macron a une nouvelle fois déclaré lors de cette conférence de presse commune qu’il « respectait la décision » de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat. « Je respecte la décision du président Trump. Il va ainsi mener la réflexion et le travail qui conviennent et qui correspondent à ses engagements de campagne. Pour ma part, je reste attaché à l’accord de Paris et à la volonté qui est la mienne de poursuivre le cadre de cet accord et de pouvoir procéder étape par étape à ce qui est prévu par cet accord », a déclaré le président français.

Mais le chef de l’État américain s’est également montré assez flou sur cette question environnementale assurant que « quelque chose pouvait se passer », et ce six semaines après avoir annoncé sortir du Traité signé en 2015. « Nous verrons ce qu’il se passe », a-t-il ajouté. 

Autre sujet sensible, la question de la Syrie. Emmanuel Macron a déclaré qu’il ne faisait plus « du départ et de la destitution de Bachar al-Assad une condition préalable à l’intervention de la France » alors que les discussions sur la Syrie sont souvent le théâtre de certains désaccord. « Nous avons en effet changé la doctrine française à l’égard de la Syrie pour pouvoir avoir des résultats et travailler de manière très étroite avec nos partenaires, en particulier les États-Unis d’Amérique », a confirmé le chef de l’État français, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue américain, Donald Trump, à l’Élysée.Avant de rappeler l’objectif premier : l’éradication des terroristes « de tous les groupes terroristes, quelle que soit leur sensibilité ». « Dans ce contexte-là, je ne fais pas du départ et de la destitution de Bachar al-Assad une condition préalable à l’intervention de la France. Cela fait près de sept ans que nous avons fermé notre ambassade à Damas, que nous n’avons plus de contact avec Bachar al-Assad et que nous avons posé cette condition sans aucune efficacité », a encore fait valoir Emmanuel Macron.

Le président américain Donald Trump a estimé que le cessez-le-feu en Syrie démontrait l’utilité du « dialogue » avec le président russe Vladimir Poutine la semaine dernière pendant le G20. « Grâce au dialogue, nous avons pu obtenir un cessez-le-feu dans le sud du pays. Il va durer un moment et franchement nous travaillons à un second cessez-le-feu dans une partie très difficile de la Syrie », a-t-il dit. 

La lutte contre le terrorisme est l’un des sujets longuement abordé entre Emmanuel Macron et Donald Trump. Ainsi, les deux chef de l’État ont convenu de « renforcer notre lutte sur Internet ». Les services français et américains vont collaborer dans le but de lutter au mieux contre cette menace terroriste qui sévit.

En introduction de la conférence de presse, Emmanuel Macron avait insister sur ces questions : « Sur ces grands sujets que sont la sécurité, la lutte contre le terrorisme et la stabilité au proche et moyen-orient, ou au Sahel … Nous avons une détermination commune. Les États-Unis sont fortement engagés en Irak mais je veux qu’il sache la détermination complète qui est la mienne d’œuvrer sur ce sujet. Je souhaite que nos deux pays puissent accroître leur coopération parce que la menace est mondiale et cela impose un partage des vues ». 

Enfin, le président américain est interrogé sur son fils, Donald Trump Jr., mis en cause pour sa rencontre avec une avocate russe présentée comme détentrice d’informations compromettantes sur Hillary Clinton, pendant la campagne présidentielle. « En ce qui concerne mon fils, c’est un jeune homme merveilleux. Il a eu une rencontre avec une avocate russe. Pas une avocate du gouvernement, mais une avocate russe. C’était une brève rencontre », répond Donald Trump. « Ce soir nous aurons à la Tour Eiffel un dîner d’amis », répond Emmanuel Macron à une journaliste l’interrogeant sur la teneur de leur repas prévu ce jeudi soir au restaurant Le Jules Verne. « Je peux sans hésitation vous dire que ce (jeudi) soir, nous aurons à la tour Eiffel un dîner d’amis. Parce que nous sommes les représentants de deux nations qui sont alliées depuis toujours et parce que nous avons construit une relation forte à laquelle je suis attaché, parce qu’elle est importante pour nos deux pays », a déclaré le président français.

Le président américain se lance dans un éloge de son homologue. « Vous avez un super président ». C’est un grand leader, un dur, ce n’est pas quelqu’un qui va se laisser faire », fait valoir Donald Trump aux journalistes présents dans la salle. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s