Paris et Los Angeles sont assurés d’organiser les Jeux Olympiques en 2024 ou en 2028 

Paris et Los Angeles sont assurés d’organiser les Jeux Olympiques en 2024 ou en 2028 à l’issue d’un vote mardi à Lausanne du Comité international olympique en faveur de l’attribution simultanée des deux éditions le 13 septembre à Lima. Les 78 membres votants du CIO se sont prononcés à l’unanimité à main levée en faveur de cette double attribution, défendue depuis mars par le président du CIO Thomas Bach pour éviter de perdre « deux excellentes candidatures ». A l’issue de ce vote, Anne Hidalgo, maire de Paris, et son homologue de Los Angeles, Eric Garcetti, sont montés à la tribune pour dire « merci » de concert. Il reste désormais au CIO et aux deux villes à trouver un accord « tripartite » pour décider de l’ordre d’attribution des Jeux 2024 et 2028. Les membres du CIO réunis à Lima pour leur 131e session devront alors simplement ratifier cet accord le 13 septembre.
Si Paris demeure concentré sur 2024, Los Angeles a déjà ouvert la porte à une organisation de l’édition 2028. Un porte-parole de Los Angeles a même évoqué à propos de 2028 un « better deal » (« une meilleure affaire »), dans la mesure où la contribution garantie par le CIO augmentera mécaniquement. Cette contribution devrait atteindre 1,7 milliard de dollars pour 2024 et serait augmentée de 100 à 200 millions de dollars pour 2028. 

 Les deux villes ont présenté mardi leur dossier devant les membres du CIO. La candidature parisienne était emmenée par le président Emmanuel Macron qui a déclaré qu’après trois candidatures malheureuses, la France « est prête (pour les Jeux), elle les attend ». Donald Trump, qui contrairement à Emmanuel Macron n’a pas fait le déplacement en Suisse, a publié un tweet quelques minutes après les présentations: « (Nous) travaillons dur pour obtenir les jeux Olympiques pour les États-Unis (L.A.). A suivre ! ». Sans mentionner 2024.



« La France est prête [pour les Jeux], elle les attend », a déclaré le président Emmanuel Macron à l’issue de la présentation mardi à Lausanne devant les membres du CIO de la candidature parisienne pour les Jeux olympiques 2024.

Une « volonté d’espérer, d’aller de l’avant ». « J’étais venu ici pour soutenir l’équipe et pour dire à quel point ces Jeux sont importants pour notre pays. La France y est prête, elle les attend », a déclaré le président de la République en zone mixte. « Il y a une volonté d’espérer et d’aller de l’avant et ces Jeux y contribuent », a ajouté Emmanuel Macron. « Nous avons perdu trois fois dans la course pour les Jeux, nous ne voulons pas perdre une quatrième fois », a ensuite ajouté le président. 
« Les valeurs que représente l’olympisme, ce sont nos valeurs ». Après Los Angeles, la seule autre ville candidate, Paris-2024 a eu droit mardi matin à 75 minutes pour défendre son projet devant les membres du CIO. Emmanuel Macron s’est exprimé, ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo et Tony Estanguet, coprésident de la candidature. « Les valeurs que représente l’olympisme, ce sont nos valeurs », a ajouté le président.
« Elles sont menacées, remises en cause par beaucoup aujourd’hui. C’est le meilleur moment pour les défendre, ces valeurs d’ouverture, de tolérance, de justice, de respect de l’environnement. C’est tout cela que la candidature de Paris vient défendre 100 ans après les derniers Jeux » à Paris.

Après les remerciements d’usage et les échanges de politesse, Anne Hidalgo a mis en avant l’esprit visionnaire de Bach et l’amitié entre les deux villes, qui sera un élément fort pour trouver cet accord. «Nous vivons un moment historique, et il y aura trois gagnants, nos deux villes et le CIO, a-t-elle déclaré. Nous entrons désormais dans une nouvelle étape pour établir un partenariat tripartite. Et je vais donner toute mon énergie, toute mon envie pour arriver à cet accord, afin que Paris renoue avec l’aventure olympique. La relation d’amitié qui unit Paris et Los Angeles sera un élément primordial. Paris et la France vibrent avec les valeurs de l’olympisme. Nous voulons, nous devons ramener cette flamme à Paris.»

Et lorsqu’est venu le moment de répondre si pour Paris, c’était 2024 ou rien, Hidalgo a rétorqué, entre diplomatie et assurance : «J’entre avec beaucoup de confiance dans ce processus pour parvenir à un accord historique.» Quant à son homologue californien, il a rappelé que «ce n’était pas le moment de faire pression, mais un moment de partenariat et d’amitié.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s