Élections Législatives Le second tour : Les Français sont appelés à élire leurs députés

Le dénouement de cette année électorale est tout proche. Le second tour des élections législatives débute dimanche 18 juin à 8h dans toute la France métropolitaine pour s’achever à 20h au plus tard dans les grandes villes de France.Ce scrutin devrait être marqué par une nouvelle poussée de l’abstention au terme d’une longue séquence électorale, entamée dès l’automne avec la primaire de la droite, qui aura vu la déroute des partis traditionnels et un bouleversement quasiment sans précédent du paysage politique. Une partie des Français d’outremer et de l’étranger ont voté dès samedi.Au premier tour, 7.877 candidats étaient en lice pour occuper l’un des 577 sièges de l’Assemblée nationale. Parmi eux, quatre ont été élus d’office dans leurs circonscriptions, et une triangulaire se jouera dans l’Aube. Le second tour verra s’affronter au total 1.151 candidats qui tenteront d’investir le Palais Bourbon. 

Le lundi 19 juin, lendemain du second tour du scrutin, signera la fin officielle de la quatorzième législature de la cinquième République. Les députés élus dimanche 18 juin pourront ensuite s’acclimater au Palais-Bourbon. Ils se verront notamment remettre une mallette d’informations et des insignes. Ils pourront ensuite travailler à la composition des groupes dans l’hémicycle (d’au moins 15 députés). 

Les députés feront leur rentrée officielle le 27 juin. Ils devront notamment élire le président de l’Assemblée et se répartir dans les différentes commissions. La 15e législature devrait être lancée le 4 juillet à l’issue du discours de politique générale du Premier ministre qui devrait être couronné d’un vote de confiance.

Le Premier ministre Édouard Philippe a voté dimanche, peu après 8h, au Havre pour le second tour des législatives, dans une école du centre-ville du Havre, ville dont il fut le maire, devant une dizaine de journalistes. Souriant, l’air détendu, il a voté par vote électronique, la ville du Havre s’étant équipée de machines à voter depuis 2005.

 Il a pris davantage de temps qu’au premier tour pour saluer les assesseurs et discuter avec des habitants de la ville, dont certains étaient venus l’attendre pour le féliciter et lui souhaiter « bon courage ». Le locataire de Matignon n’a en revanche pas fait de déclaration. Il repartira à Paris en début d’après-midi.

le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand a voté à Motreff, dans le Finistère pour le second tour des élections législatives. Au premier tour, le candidat REM a obtenu 33,9 % des suffrages. Il affronte ce dimanche son adversaire des Républicains, Gaëlle Nicolas (18,1% des suffrages au premier tour).

Emmanuel Macron a voté dimanche à l’occasion du second tour des élections législatives. Après un bain de foule, le président de la République s’est rendu à son bureau de vote du Touquet vers 9h.Le chef de l’Etat est attendu dans la matinée au Mont Valérien pour le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin par le général de Gaulle.

  • L’enjeu du second tour 

Pour avoir une majorité absolue à l’Assemblée nationale, un parti doit obtenir 289 sièges lors de ces législatives. Si ce chiffre est atteint, le parti en question peut adopter les lois sans avoir recours à des alliances. À condition, bien sûr, que le parti soit soudé et discipliné.Pour La République en Marche – associée au MoDem -, l’enjeu est justement la majorité absolue. Le Premier ministre Édouard Philippe vise l’obtention d’une « large majorité solide ». En face, pour Les Républicains, l’objectif est d’être le principal parti d’opposition. Le Parti socialiste va pour sa part tenter d’amortir sa chute du premier tour. La France insoumise, quant à elle, rêve toujours d’un groupe parlementaire, l’assurance d’avoir des moyens financiers. Enfin, le Front national joue dans ce second tour une partie de son avenir : il veut faire de l’Assemblée nationale une tribune. Depuis 2012, il n’avait que deux députés.

  • Les circonscriptions a surveillées


  • Manuel Valls vs Farida Amrani : quelle issue pour l’ex-Premier ministre ?

Score du premier tour : Valls (25,45%), Amrani (17,61%)

Un sondage publié fin mai dans le JDD donnait Manuel Valls et Farida Amrani au coude-à-coude au second tour. La donne a quelque peu changé : l’ancien Premier ministre aborde le second tour en favori face à son adversaire de La France insoumise. Manuel Valls a l’avantage d’être arrivé assez largement en tête au premier tour et devrait disposer de reports de voix plutôt bons chez les Républicains (11,93%). Mais le rejet de l’ex-Premier ministre dans une partie de l’électorat de cette 1ère circonscription de l’Essonne, à l’extrême gauche comme à l’extrême droite peut lui causer quelques soucis.

  • Najat Vallaud-Belkacem vs Bruno Bonnell

Score du premier tour : Bonnell (36,69%), Vallaud-Belkacem (16,54%)

Najat Vallaud-Belkacem peut-elle inverser la dynamique pro-Macron à Villeurbanne, dans la 6ème circonscription du Rhône ? L’ancienne ministre de l’Éducation est en tout cas loin d’être favorite : plus de 20 points la séparent de l’entrepreneur pro-Macron Bruno Bonnell, qui devrait au moins séduire une partie des électeurs LR (10,67% au premier tour). Pour créer la surprise, “NVB” compte sur les listes plus à gauche que le PS, qui totalisent plus de 20% des voix. Mais sauf accident, le candidat REM devrait intégrer l’Assemblée nationale sans encombres.

  • Jean-Luc Mélenchon vs Corinne Versini

Score du premier tour : Mélenchon (34,31%), Versini (22,66%)

Jean-Luc Mélenchon va-t-il réussir son pari ? Cinq ans après avoir été éliminé au premier tour des législatives, dans le Pas-de-Calais, le leader de La France insoumise retente sa chance dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône. Et possède près de 12 points d’avance sur son adversaire La République en marche! en vue du second tour. Les deux candidats se disputent notamment les voix du socialiste historique Patrick Mennucci (12,43%), qui n’a pas donné de consigne de vote, mais aussi celles du Front national (10,92%) et des Républicains (10,63%), avec des reports de voix à scruter de très près.

  • Myriam El Khomri vs Pierre-Yves Bournazel

Score du premier tour : Bournazel (31,76%), El Khomri (20,23%)

Deux prétendants, mais une seule étiquette de candidat de la majorité présidentielle revendiquée. Le Républicain Pierre-Yves Bournazel est pour l’instant devant, sauf que la socialiste Myriam El Khomri pourrait bénéficier de bons reports de voix des candidats La France insoumise (16,60%) et écologiste (13,57%) dans une 18ème circonscription de Paris plutôt à gauche (Hollande y a fait 41% au premier tour en 2012). Même si les candidats LFI et EELV n’ont pas appelé à voter pour celle qui a porté et défendu la loi Travail il y a un an.

  • Gilbert Collard vs Marie Sara 

Score du premier tour : Collard (32,27%), Sara (32,16%)

Seul député du Rassemblement Bleu Marine (RBM) sortant à se représenter, Gilbert Collard n’a pas son deuxième mandat encore en poche. Talonné de très près par l’ex-torera de La République en marche! Marie Sara, il peut craindre un front républicain dressé contre lui. Tout dépendra de l’attitude des électeurs des Républicains (14,22%) et de la mobilisation des troupes frontistes : dans cette 2ème circonscription du Gard, seulement la moitié des électeurs de Marine Le Pen à la présidentielle se sont déplacés pour voter dimanche dernier.

  • Nathalie Kosciusko-Morizet vs Gilles Le Gendre

Score du premier tour : Le Gendre (41,81%), NKM (18,13%)

Une fin de campagne sous tension peut-elle changer l’issue du scrutin ? Loin derrière son adversaire REM Gilles Le Gendre (plus de 23 points d’écart), Nathalie Kosciusko-Morizet a passé une partie de la journée de jeudi à l’hôpital, après une agression sur un marché de cette 2ème circonscription de Paris. Son concurrent a lui interrompu sa campagne. Et aborde le second tour en grand favori, étant donné que NKM disposerait seulement des voix que ses rivaux de droite ont rassemblées au second tour.

  • Florian Philippot vs Christophe Arend

Score du premier tour : Philippot (23,79%), Arend (22,01%)

Le n°2 du Front national est mal engagé dans une 6ème circonscription de Moselle plutôt favorable au FN (Marine Le Pen y a réalisé un score de 33,68% au premier tour de la dernière présidentielle). Devant d’une courte tête au premier tour, Florian Philippot aborde le second tour en position d’outsider : il risque d’affronter un front républicain d’une partie des électeurs LR (16,32% au premier tour) et de gauche (14,75%), réunis derrière son adversaire REM Christophe Arend. En cas de défaite, il serait en difficulté au sein du Front national.

  • Marine Le Pen vs Anne Roquet 

Score du premier tour : Le Pen (46,02%), Roquet (16,43%)

Marine Le Pen a un pied dans l’hémicycle. Alors qu’elle avait perdu de très peu en 2012 face à un candidat socialiste (118 voix d’écart), la présidente du Front national devrait valider sa victoire sans problèmes, en raison d’une faible opposition de sa rivale REM, Anne Roquet, reléguée 30 points derrière elle. Cette dernière devrait avoir beaucoup de difficultés à former un front républicain contre Marine Le Pen.

  • Alexis Corbière vs Halima Menhoudj 

Score du premier tour : Menhoudj (24,7%), Corbière (21,6%)

Le scrutin s’annonce indécis dans cette 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis, clairement à gauche (Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête le 23 avril avec 29,11%). Cadre de La France insoumise, Alexis Corbière talonne son rival de La République en marche! et espère un bon report de voix de la part des listes de la gauche de la gauche, qui cumulent plus de 25% au premier tour. Mais tout dépendra de l’attitude des électeurs du PS (9,85%), qui ont le rôle d’arbitre.

  • Thibaut Guilluy vs Daniel Fasquelle

Score du premier tour : Guilluy (35,18%), Fasquelle (31,02%)

Un baron local face à un candidat REM qui a pour suppléante la belle-fille d’Emmanuel Macron, Tiphaine Auzière. Dans la 4ème circonscription du Pas-de-Calais, qui comprend la ville du Touquet dont il est maire depuis 2008, Daniel Fasquelle aura du mal à décrocher un troisième mandat. Celui qui est aussi trésorier des Républicains a été devancé de quatre points par le candidat de la majorité présidentielle au premier tour. Le scrutin devrait être indécis : le Front national a réalisé près de 15% des voix, autant que la gauche, morcelée.

  • Un dispositif de sécurité renforcé 

Au total, 50.000 policiers et gendarmes sont déployés dimanche, plus les militaires de l’opération Sentinelle. L’objectif est clair : assurer la sécurité des électeurs dans près de 67.000 bureaux de vote. Dans un contexte particulier où les risques et la menace n’ont pas changé. Voilà pourquoi les autorités ont décidé de maintenir le même dispositif de sécurité que lors du premier tour.Concrètement dans chaque département, le préfet a réuni ses équipes pour adapter le dispositif à la situation locale. Les policiers municipaux sont également mis à contribution dans les grandes villes. Un peu partout, ce sont donc des patrouilles qui sillonnent le territoire, des équipes mobiles capables d’intervenir rapidement en cas de besoin.

  • Les résultats en outre mer 

Annick Girardin (Outre-mer) a finalement été réélue sur le fil à Saint-Pierre et Miquelon avec… 136 voix d’avance. En cas d’échec, elle aurait dû quitter le gouvernement. Ses cinq autres collègues sont favoris dimanche en métropole.

A Saint-Martin et Saint-Barthélémy, deux îles du nord des Antilles traditionnellement ancrées à droite, la candidate En marche a été battue par celle des Républicains, Claire Javois, élue avec 54,73% des voix.
En Guyane, le député DVG sortant Gabriel Serville a été réélu. Il sera accompagné à l’Assemblée du jeune chef d’entreprise Lenaïck Adam, élu avec l’étiquette LREM.
La Guadeloupe a élu quatre nouvelles têtes: deux DVG (Justine Bénin et Max Mathiasin), un LREM (Olivier Serva) et une socialiste (Hélène Vainqueur-Christophe).

  • Le taux de participation  

Le taux de participation au second tour des élections législatives s’élevait à 17,75% des inscrits en France métropolitaine dimanche à midi, en baisse par rapport aux précédentes éditions de ce scrutin, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Au premier tour, dimanche dernier, il s’élevait à la même heure à 19,24%.

Le taux de participation à 17h est de 35,33%, un record à la baisse.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s