Attentat de Manchester : Un point sur l’enquête 

Un an et demi après le Bataclan à Paris, une nouvelle salle de concert européenne a été frappée par le terrorisme, lundi soir au Royaume-Uni. À la sortie de la Manchester Arena, 22 personnes sont mortes dans une explosion visant à « faire un maximum de victimes », selon les termes de la Premier ministre britannique, Theresa May. Moins de vingt-quatre heures après les faits, la police pense avoir identifié l’auteur de l’attaque, mort en kamikaze. L’enquête doit désormais s’attacher à établir d’éventuelles complicités, ainsi que des liens avec le groupe État islamique, qui a revendiqué l’attentat le plus meurtrier depuis 2005 sur le sol britannique.


  • Que s’est-il passé?

Selon la police des transports de Manchester, la puissante explosion a eu lieu dans « le foyer » de la Manchester Arena, une salle de 21 000 personnes, où venait de se produire la chanteuse américaine Ariana Grande. 

La détonation a eu lieu vers la fin du concert, à 22h35, heure locale. Donnant accès aux différentes entrées de la salle de concert, « le foyer » de la Manchester Arena accueille buvettes et boutiques et « relie la salle de concert à la gare Victoria », précisent les experts de l’institut Jane’s, spécialisé dans les questions de sécurité. 

L’explosion a provoqué des scènes de panique dans la salle de concert, mais aussi dehors, où des parents attendaient la sortie de leurs enfants. Facebook, comme après les attentats, a activé son « safety check », qui permet d’informer ses « amis » que l’on est bien en sécurité. 

  • Que sait-on de l’assaillant ?

« Je peux confirmer que l’homme soupçonné d’avoir commis l’atrocité de la nuit dernière a été identifié sous le nom de Salman A. », a indiqué le commissaire de police Ian Hopkins, mardi soir. Désormais, les enquêteurs cherchent notamment à savoir si le kamikaze de 22 ans a agi seul, ou s’il a reçu l’appui d’un réseau. Le groupe djihadiste État islamique (EI) a revendiqué l’attaque dans un communiqué, sans que l’on sache si l’action de l’assaillant a été téléguidée. La police a d’ores et déjà arrêté un homme de 23 ans « dans le sud de Manchester ». Les autorités ont indiqué qu’il était soupçonné d’être lié à l’attentat, sans plus de précision.

  • Quel est le bilan de l’attaque?

22 morts et 59 blessés. Voilà le dernier bilan communiqué par John Rouse, en charge de la santé et du social à Manchester mardi en début d’après-midi. Plusieurs enfants figurent parmi les victimes. Selon lui, sur les 59 blessés dans l’attentat, 49 personnes ont été hospitalisées. Parmi celles-ci, « 12 enfants grièvement blessés » ont été admis à l’hôpital pédiatrique de l’agglomération, a précisé John Rouse. 

D’après son staff, cité par Billboard, la chanteuse n’a pas été blessée et elle a été mise en sécurité. Elle s’est dite « brisée » par l’attentat. « Brisée. Du fond du coeur, je suis affreusement désolée. Je n’ai pas de mots », a tweeté la chanteuse, qui effectue actuellement une tournée en Grande-Bretagne.  Des parents désespérés sont encore à la recherche de leurs enfants, ce mardi, lançant des appels sur les réseaux sociaux, alors qu’une structure d’accueil a été mise en place au stade de football de Manchester City pour les victimes et leurs proches. 

  • Qui sont les victimes?

Plusieurs personnes décédées dans l’attaque ont été identifiées. Il y a d’abord Saffie Rose Roussos, une fillette de huit ans qui habitait Lancashire, le comté où l’attentat a eu lieu. Selon quotidien britannique The Guardian la petite fille avait assisté au concert de la pop-star américaine Ariana Grande avec sa mère et sa soeur. Georgina Callander, une étudiante âgée de 18 ans, a aussi été identifiée parmi les victimes. 

Selon le journal local Manchester Evening News, John Atkison, 26 ans, a également été tué lundi soir. Le jeune homme habitait à Radcliffe, au nord-ouest de Manchester. Ses amis et sa famille ont confirmé sa mort sur les réseaux sociaux.  

  • Les mesures de sécurité étaient-elles suffisantes ?

L’attaque s’est produite dans une zone accueillant buvettes et boutiques, qui « relie la salle à la gare Victoria » de Manchester, selon les experts de l’institut Jane’s, spécialisé dans les questions de sécurité. Le site internet de l’Arena souligne qu’il s’agit d’un lieu « hors de la salle, dans un lieu public ». Mais des témoins cités par la chaîne américaine Fox News et le quotidien The Independent dénoncent des mesures de sécurité insuffisantes, alors que le niveau d’alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé à « grave » depuis août 2014. « On a juste eu notre billet scanné et on est entrés directement », affirme l’un d’entre eux. Mardi, il était encore difficile d’établir dans quelle mesure le kamikaze avait été contrôlé avant d’accéder au lieu où l’attentat-suicide a eu lieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s