Le premier gouvernement du quinquennat d’Emmanuel Macron 

Emmanuel Macron a nommé lundi Édouard Philippe au poste de Premier ministre. L’annonce de la composition du gouvernement, initialement prévue mardi en fin de journée, a été reportée à mercredi 15 heures, l’exécutif souhaitant se donner un « temps de vérification » des situations fiscales et d’éventuels conflits d’intérêt. En conséquence, le premier Conseil des ministres du quinquennat, initialement prévu mercredi, a été reporté à jeudi.C’est à 15 heures que le dénouement a pris fin. Alexis Kohler, nouveau secrétaire général du Palais De l’Élysée a  annoncé le nom des ministres choisis.Il est composé de 22 membres, dont 18 ministres et quatre secrétaires d’Etat. Parmi eux, on retrouve des professionnels de la politique, venues de la gauche, du MoDem et de la droite. Le premier Conseil des ministres aura lieu jeudi matin.

  • Ministre de L’intérieur ,Ministre d’État: Gérard Collomb
  • Ministre de La Transition écologique et solidaire,Ministre d’état : Nicolas Hulot 
  • Ministre de La Justice : François Bayrou
  • Ministre des Armées : Sylvie Goulard
  • Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Jean Yves Le Drian 
  • Ministre de la Cohésion des territoires : Richard Ferrand 
  • Ministre des solidarités et de la santé : Agnès Buzyn 
  • Ministre de l’économie : Bruno Le Maire 
  • Ministre de la Culture : Françoise Nyssen 
  • Ministre de l’Education nationale : Jean Michel Blanquer
  • Ministre de l’Action et des comptes publiques : Gérald Darmanin
  • Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : Jacques Mezart
  • Ministre des Sports : Laura Flessel
  • Ministre des Outre-mer : Annick Girardin
  • Christophe Castaner est nommé porte-parole du gouvernement, secrétaire en charge des relations avec le Parlement.
  • Ministre du Travail : Muriel Pénicaud
  • Secrétaire d’État aux Affaires européennes : Marielle De Sarnez 
  • Secrétaire d’Etat chargée des Transports : Elisabeth Borne 
  • Sophie Cluzel a pour sa part été désignée secrétaire d’État en charge du Handicap.
  • Frédérique Vidal est quant à elle nommée ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
  • Marlène Schiappa, chargée de l’Égalité des femmes et des hommes 
  • Mounir Mahjoubi, chargé du Numérique

Une fois les noms des ministres et secrétaires d’Etat révélés, les choses devraient s’enchaîner très vite : toutes les passations de pouvoir sont prévues dès cet après-midi, à partir de 16h30.

  • Les passations de pouvoir 

Ministère de l’intérieur : Gérard Collomb succède à Matthias Fekl

Matthias Fekl et Gérard Collomb sortent du ministère de l’Intérieur. Le premier « félicite » le maire de Lyon pour sa nomination. « Je vous souhaite la bienvenue ici, place Beauvau », poursuit-il, avant d’insister sur la menace terroriste, mentionnant notamment l’attentat des Champs-Elysées, et de remercier ses équipes. Il est longuement applaudi. 

Place Beauvau, Gérard Collomb prend la parole et salue une « passation de pouvoirs cordiale ». « Vous avez toujours montré un grand sens de l’Etat, un grand sens du service public et c’est également cela qui m’anime aujourd’hui en venant vous succéder au ministère de l’Intérieur », assure le soutien d’Emmanuel Macron à Matthias Fekl. « C’est avec un petit pincement au cœur que je vais abandonner les fonctions de maire de Lyon et de président de la métropole de Lyon », confie-t-il. 

Gérard Collomb évoque, à son tour, la menace terroriste. « La sécurité, c’est bien évidement la lutte contre le terrorisme. Nous savons tous aujourd’hui que l’Europe et qu’en particulier la France sont la cible des terroristes. J’ai conscience en arrivant ici que mon premier devoir sera de tout faire pour protéger nos concitoyens », déclare le maire de Lyon.

Le maire de Lyon adresse aussi un message aux forces de l’ordre. « Je veux m’adresser à celles et ceux qui contribuent à faire en sorte que notre pays puisse se sentir en sécurité. Un certain nombre de mesures ont été prises pour augmenter à nouveau le nombre de fonctionnaires, mais je veux mettre l’accent, comme vous l’avez fait au cours des derniers mois, sur les conditions de travail de nos fonctionnaires », déclare-t-il. 

Le discours de Gérard Collomb est terminé. Le nouveau ministre de l’Intérieur et son prédécesseur saluent les différentes personnalités présentes dans la cour de la place Beauvau avant le départ de Matthias Fekl.Ministère de La Justice François Bayrou succède Jean Jacques Urvoas

François Bayrou est arrivé au ministère de la Justice, où il a été accueilli par Jean-Jacques Urvoas. Très souriants, les deux hommes ont posé devant les photographes avant de s’engouffrer dans le bâtiment. 

Au ministère de la Justice, Jean-Jacques Urvoas s’exprime aux côtés de François Bayrou pour clore la passation de pouvoir. Il conseille notamment à son successeur de ne « pas chercher à bouleverser cette institution, mais de s’attacher à moderniser son fonctionnement ». « Pour nos concitoyens, à Pau comme à Quimper, la justice c’est le divorce, c’est la consommation », rappelle-t-il dans un clin d’œil à ses origines et à celles de François Bayrou, indiquant qu’il soutiendra la majorité s’il est réélu député dans le Finistère, où il se présente sous l’étiquette PS. 

François Bayrou prend la parole au ministère de la Justice et dit son « estime » à Jean-Jacques Urvoas. « J’entre dans cette fonction avec un premier sentiment de reconnaissance à l’égard de celles et ceux qui donnent tant à cette oeuvre immense qui est celle de la justice de notre pays : les magistrats, l’ensemble des personnels, ceux qui ont la si lourde charge des prisons, ceux qui assument la responsabilité de légistes, ceux qui portent l’administration… », explique-t-il. 

« Je suis décidé à faire en sorte que l’action suive la parole, que les décisions soient prises et appliquées », martèle François Bayrou aux côtés de Jean-Jacques Urvoas. « Je prends l’engagement que la loi sur la moralisation de la vie politique va être sur la table du conseil des ministres avant les élections législatives. » Ministère de L’éducation : Jean Michel Blanquer succède Najat Vallaud-Belkacem 

Jean-Michel Blanquer est arrivé au ministère de l’Education nationale, où il doit succéder à Najat Vallaud-Belkacem. Comme le veut la coutume, il est entré dans le bâtiment pour un échange avec sa prédécesseur.

« Il n’y aura pas une énième loi ou une énième réforme. Il y aura tout simplement la volonté de s’attacher aux problèmes concrets » en donnant « la liberté aux acteurs et du pouvoir à nos professeurs, chefs d’établissements et à l’ensemble des acteurs de l’Education nationale », a promis le nouveau ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer après la passation de pouvoir rue de Grenelle, où il succède à Najat Vallaud-Belkacem. 

« Il n’y aura pas beaucoup de règles allant de haut en bas dans ce ministère », a-t-il déclaré dans son discours, allusion à la critique récurrente du corps enseignant envers la rue de Grenelle, perçue comme multipliant les réformes et les imposant « d’en haut » sans connaissance véritable du terrain.
Ministère de l’Agriculture : Jacques Mézard succède Stéphane Le Foll

Au ministère de l’Agriculture, la passation de pouvoir entre Stéphane Le Foll et Jacques Mézard a déjà eu lieu.

Stéphane Le Foll : Je salue et remercie les femmes et les hommes du @Min_Agriculture . Ce fut un honneur, un plaisir et un travail d’équipe a vos cotés. Merci

Ministère des affaires étrangères Jean – Yves Le Drian succède Jean – Marc Ayrault 

La passation de pouvoir entre Jean-Yves Le Drian, nouveau ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Jean-Marc Ayrault, son prédecesseur au Quai d’Orsay, est en train de s’achever. Harlem Désir, ex-secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, et Marielle de Sarnez, nouvelle ministre des Affaires européennes, sont également présents. 

Le désormais ex-ministre des Affaires étrangères a exprimé, aux côtés de son successeur, Jean-Yves Le Drian, »sans nostalgie » son « honneur » d’accueillir au Quai d’Orsay « un ami, un homme d’expérience qui a pris part, en tant que ministre de la Défense, à la politique étrangère de la France sous le quinquennat de François Hollande ».

« Chaque fois, j’ai agi avec conviction. La conviction que la France pèse et est écouté lorsqu’elle reste elle-même. La conviction que la France doit rechercher la voie de la paix et de la justice. En février 2016, j’avais évoqué la nécessité d’une remobilisation en faveur de l’Afrique. Je suis fier d’avoir contribué à faire de l’avenir de ce continent un axe fort de la coopération franco-allemande. Au Proche-Orient, la France s’est mobilisé pour relancer la mise en place de deux Etats, Israël et Palestine. Nous sommes parvenus à réunir près de 75 pays et organisations internationales à Paris pour la paix », a-t-il ajouté.
Toutefois, Jean-Marc Ayrault a exprimé un « profond regret » : « ne pas avoir su arrêter le martyr d’Alep, et plus généralement le martyr du peuple syrien ». « L’honneur de la France aura été de ne pas se résigner en restant ferme et constant dans ses analyses. M. le ministre c’est donc à vous désormais qu’il appartient de conduire la diplomatie de la France ». 
Jean-Yves Le Drian prend la parole au Quai d’Orsay, après avoir applaudi son prédécesseur. « Au ministère de la Défense, la tradition n’existe pas de prononcer des propos au moment de la passation de pouvoir. Je ne vais pas vous faire ici mon discours bilan du ministère de La Défense

« Je voudrais vous dire combien je suis fier de l’action que la France a mené pendant ces cinq années. Vous dire la fierté qui a été la mienne et qui est la mienne de poursuivre ce combat pour la sécurité des Français et à cet instant, j’ai cette pensée à l’égard des hommes et femmes qui ont combattu et donné leur vie pour notre sécurité ».

« La France a un rôle majeur à jouer. Elle ne s’est pas refermée sur elle-même. Comme ministre des Affaires étrangères, je suis heureux de poursuivre mon engagement pour servir mon pays. Je vous fait confiance, vous pouvez compter sur ma détermination et ma ténacité », a ajouté Jean-Yves Le Drian.Ministère du Travail, Myriam El Khomri cede sa place à Muriel Pénicaud

« Les Français se sont donnés pour président de la République le seul candidat qui ne proposait pas l’abrogation » de la loi Travail, note Myriam El Khomri, ministre sortante, aux côtés de Muriel Pénicaud, issue de la société civile. « Je vous souhaite bon courage, les forces sociales existent. » 

Le nouveau gouvernement français entend conjuguer la réussite des entreprises qui créent de l’emploi et celle des salariés grâce au dialogue social, a dit mercredi la nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, lors de sa prise de fonction. « Le dialogue social est au coeur des enjeux passés actuels et à venir », a-t-elle déclaré lors de sa passation de pouvoir avec Myriam El Khomri, qui l’a précédée à ce poste. Ministère de La Défense Jean Yves Le Drian cede sa place à Sylvie Goulard 

Quelques minutes après s’être vu confier le ministère des Affaires étrangères par Jean-Marc Ayrault, Jean-Yves Le Drian participe à sa deuxième passation de pouvoir : il transmet le ministère de la Défense, devenu ministère des Armées, à Sylvie Goulard. Les deux membres du gouvernement Philippe seront donc amenés à travailler ensemble. Ministère de la Transition écologique et solidaire, Ségolène Royal et Nicolas Hulot s’expriment à une tribune située au bout d’un tapis… vert ! 

Tous deux se sont beaucoup côtoyés à l’occasion de la COP21, accueillie par la France en décembre 2015. Barbara Pompili, ex-secrétaire d’Etat chargée des Relations internationales sur le climat, est également présente. 

Le discours de Ségolène Royal, visiblement émue, s’achève sous les applaudissements nourris et les « bravos » du personnel du ministère de l’Environnement, et de Nicolas Hulot. Ce dernier prend la parole. « Ne partez pas avec le sentiment du devoir accompli, partez avec la certitude du devoir accompli », adresse-t-il à sa prédécesseur. « Vous êtes une grande dame, vous êtes tout bonnement irremplaçable. »

Le discours de Ségolène Royal, visiblement émue, s’achève sous les applaudissements nourris et les « bravos » du personnel du ministère de l’Environnement, et de Nicolas Hulot. 

Dans ce ministère, a-t-elle déclaré, « il faut du courage, une vision, de la persévérance, c’est ce que nous avons essayé de faire ». Ségolène Royal a dit quitter le ministère « avec le sentiment du devoir accompli » et « la satisfaction qu’il sera entre de bonnes mains ».

Ce dernier prend la parole. « Ne partez pas avec le sentiment du devoir accompli, partez avec la certitude du devoir accompli », adresse-t-il à sa prédécesseur. « Vous êtes une grande dame, vous êtes tout bonnement irremplaçable. »

« Vous mettez la barre très haute par rapport à mes propres responsabilités », conclut Nicolas Hulot avant d’embrasser Ségolène Royal. « Nous resterons très proche dans l’esprit et dans le cœur. » L’ancienne ministre reçoit un bouquet de fleurs avant de quitter son ministère, toujours sous les applaudissements. Ministère de l’économie Bruno Le Roux succède Michel Sapin 

Michel Sapin et Bruno Le Maire s’expriment après leur entretien. « C’est la dixième fois que je participe à une cérémonie de ce genre pour recevoir le flambeau ou pour le transmettre », sourit le premier, saluant ses équipes et son successeur, « qui connaît le pouvoir ». 

« Cette alternance, elle est un peu particulière. Elle donne des devoirs à tous, à ceux qui participent à ce gouvernement inédit, mais aussi à nous qui devons faire en sorte que ce gouvernement réussisse », poursuit Michel Sapin. 

Bruno Le Maire prend la parole après Michel Sapin. « Nous entrons dans une ère politique nouvelle. Cette ère politique a été ouverte par l’élection le 7 mai dernier d’Emmanuel Macron comme président de la République Française, elle s’est poursuivie avec la nomination d’Edouard Philippe », estime-t-il. « Nous acceptons de mettre de côté les querelles politiciennes inutiles (…), pour que des femmes et des hommes de bonne volonté acceptent de travailler ensemble pour redresser le pays. » 

« Le président de la République a parlé d’esprit de conquête, je partage totalement cette envie », poursuit Bruno Le Maire, évoquant, pèle-mêle, les start-ups, les PME et l’industrie. »Il y a tellement de choses formidables qui aujourd’hui se développent en France, donnons leur la liberté de se développer encore plus, avec un objectif : de donner du travail à nos compatriotes », martèle-t-il, avant d’expliquer ne pas regretter « l’Europe aux anciens parapets. » « Il est temps que l’Union européenne et en particulier la zone euro se dote de cette cohérence, de cette puissance qui nous permettra de faire face à la puissance de la Chine, à la puissance des Etats-Unis. »Ministère des sports : Laura Flessel succède Patrick Kanner 

Au milieu des passations de pouvoir des « gros » ministères, la championne d’escrime Laura Flessel est officiellement devenue ministre des Sports, mercredi après-midi. « Je veux que nous obtenions les Jeux, que nous portions haut les couleurs de la France pour cette candidature, que nous luttions contre les discriminations contre les femmes et les handicapés », a-t-elle déclaré lors de sa passation de pouvoir, aux côtés de son prédécesseur, Patrick Kanner. « Il y a un challenge a relever », a ajouté la sportive, toujours à propos de la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024. Autre passation de pouvoir passée inaperçue cet après-midi : celle entre Jean-Michel Baylet et Richard Ferrand, nouveau ministre de la Cohésion des territoires. « Il faut agir et faire partager à chacune et chacun que des territoires sont en souffrance mais que la République n’en abandonne aucun », a-t-il souligné. « Il faut savoir travailler avec les élus locaux qui au quotidien sont les artisans de l’action publique. » Ministère de la Santé Agnès Buzyn succède Marisol Touraine 

Évoquant « l’obligation vaccinale », sujet polémique sur lequel elle s’est « beaucoup engagée » mais qu’elle n’a pu « mener à son terme en raison du calendrier parlementaire et politique », Marisol Touraine a expliqué avoir « préparé un texte de loi », lors de la passation de pouvoir mercredi avec Agnès Buzyn, nouvellement nommée. Celui-ci prévoyait « l’extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins, selon la recommandation du groupe piloté par le professeur Fisher », a déclaré Mme Touraine, qui avait organisé une « concertation citoyenne » sur la vaccination en 2016.

Un comité avait ainsi recommandé en décembre de rendre « obligatoires » de façon temporaire jusqu’à 11 vaccins, contre trois actuellement, pour remédier à la « baisse de la couverture vaccinale » liée à la « perte de confiance » des Français dans la vaccination.
« Je suis convaincue que c’est cela qui doit être engagé, maintenant la responsabilité est la vôtre », a-t-elle lancé à Agnès Buzyn, qui n’a pas précisé sa position personnelle. Ministère outre mer 

La nouvelle ministre des Outre-mer Annick Girardin a assuré mercredi soir vouloir « poursuivre » le travail mené par Ericka Bareigts pour que les Outre-mer « soient véritablement reconnus comme une richesse ». 

Tous les territoires ultramarins sont « des bassins maritimes exceptionnels » et « des lieux de représentation de la France dans le monde entier », a insisté Mme Girardin, lors de sa passation de pouvoir avec Mme Bareigts, originaire de la Réunion, qui sera restée dix mois en poste. La nouvelle ministre, une des deux membres du gouvernement Cazeneuve à être nommée dans le gouvernement Philippe, s’est décrite comme « celle qui vient du territoire le plus froid ».
Annick Girardin était députée radicale de gauche de Saint-Pierre-et-Miquelon avant d’être nommée secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie en avril 2014, puis ministre de la Fonction publique en février 2016.
Ministere cohésion territorial : Richard Ferrand 

L’ex-ministre du Logement se dit « déçue et surprise » de l’absence de ministère du Logement. « Il est difficile de porter une vraie politique du logement sans ministère de plein exercice, réagit au Figaro Emmanuelle Cosse. Lorsque le logement est en crise, on en parle. Et dès que ça va mieux, tout le monde oublie. Or, c’est justement dans ces moments-là, qu’il est faut mettre un coup de collier. J’ai eu beaucoup d’appels de personnes me demandant « ou est le logement ? ». Le logement parle aux gens, la cohésion des territoires, moins. Un travail pédagogique de la part de Richard Ferrand sera nécessaire ».Par ailleurs, elle a bien confirmé au Figaro que Richard Ferrand occupera l’hôtel de Castries.Audrey Azoulay a cédé sa place de ministre de la Culture, de la communication et de l’audiovisuel à l’éditrice, Françoise Nyssen. Lors de la passation de pouvoir, rue de Valois, elle est revenue sur son bilan avant de saluer l’action professionnelle de sa successeuse et de souligner l’amitié que les lie : « je n’imagine personne à qui ça m’aurait fait plus plaisir de trasmettre les clefs de ce ministère », a-t-elle déclaré d’une voix chevrotante.

 Visiblement émue également, Françoise Nyssen a rappelé dans son discours ses origines belges, son arrivée en France « il y a quarante ans », ses études en biologie moléculaire et son engagement auprès des comités de quartier à Bruxelles avant de devenir éditrice. « C’est pour travailler avec les gens et au plus près des gens, en se préoccupant de (…) la culture qu’on peut peut-être changer les choses « , a-t-elle souligné. Elle a dit avoir accepté ce portefeuille en suivant « [sa] devise : plaisir et nécessité », et parce que « la République m’a beaucoup donné et je dois lui rendre service ».

 Françoise Nyssen a prononcé son discours devant une nuée de caméras, mais aussi les principaux représentants de la chaîne du livre. Ces derniers ont loué la figure de cette éditrice « enthousiaste et bienveillante », selon le président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne.

« Avec elle, la protection du prix unique du livre est assurée », a lancé « avec une grande fierté », Vincent Monadé, le président du Centre national du livre. « Il n’y aura pas de temps d’acclimatation puisqu’elle maîtrise déjà les problématiques. On ira directement au fond de la question », a pointé de son côté le président du Syndicat national de la librairie, Matthieu de Montchalin.
Par la voix de Marie Sellier, la présidente de la Société des gens des lettres, les auteurs ont aussi accueilli avec joie cette « bonne nouvelle ». Françoise Nyssen, elle, a fini son discours en demandant de « l’indulgence » et en promettant de « ne pas oublier l’urgence de l’essentiel ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s