La passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron et la cérémonie d’investiture 

C’est le jour J.C’est l’un des rituels de La V ème République.Emmanuel Macron va être officiellement investi président de la République dimanche, lors de la passation de pouvoir avec François Hollande. Le président élu est attendu à 10h à l’Élysée, où se tient ce rite incontournable de la Ve République. Échange sur les dossiers sensibles, Grand Croix de la Légion d’honneur, coups de canon… Cette journée très solennelle, qui a donné lieu à d’intenses tractations entre les équipes de François Hollande et d’Emmanuel Macron, est réglée à la seconde près.Pour rappel, Emmanuel Macron a été largement élu huitième président de la Cinquième République dimanche dernier, avec 66,10% des voix contre 33,90% pour Marine Le Pen, selon les résultats officiellement proclamés par le Conseil constitutionnel.L’investiture d’Emmanuel Macron sera la vingt-sixième cérémonie d’investiture d’un chef d’Etat en France. Un temps fort de la vie politique dont le protocole est déterminé par une longue tradition républicaine.

Les premiers invités sont arrivés après Benjamin Griveau, porte-parole d’Emmanuel Macron pendant la campagne, François Bayrou, président du MoDem et Marielle de Sarnez, c’est le député des Hautes-Alpes Christophe Castaner et l’eurodéputée Sylvie Goulard, tous deux pressentis pour figurer dans le prochain gouvernement.La liste des invités aux univers très différents est longue : Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, l’acteur Michel Bouquet et… toute l’équipe soudée de « En Marche ! » ont défilé.Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe Les Républicains à Paris, participe à l’intronisation du président.Du côté familial, sont notamment présentes la sœur du nouveau président, Estelle Macron, mais aussi ses deux belles-filles, Laurence Auzière-Jourdan et Tiphaine Auzière.Pendant ce Temps le président François Hollande profite de ses derniers instants à l’Elysée.Gérard Larcher, président du Sénat et deuxième personnage de l’Etat, vient d’arriver au palais de l’Elysée, suivi par Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, et Lionel Jospin, ancien Premier ministre.

Brigitte Macron porte une robe bleue lavande, avec une veste à double boutonnage, le tout prêté par la maison Vuitton. la femme du nouveau chef de l’Etat, très présente pendant la campagne présidentielle, est arrivée à l’Elysée. Elle a pris quelques secondes pour saluer les photographes dans la cour de l’Elysée. La future Première dame Brigitte Macron est arrivé une dizaine de minutes avant son époux. Emmanuel Macron fera ainsi son entrée au palais de l’Elysée seul. La raison : François Hollande, qui n’a jamais officialisé sa relation avec sa compagne Julie Gayet, quittera le palais en solo.Emmanuel Macron vient de quitter son domicile parisien de la rue Cler, dans le 7ème arrondissement, en direction de l’Elysée, à bord d’un Renault Espace gris flanqué de nombreux policiers en moto.

  • L’INVESTITURE D’EMMANUEL MACRON

Vers 10 h 02 François Hollande et Emmanuel Macron ont échangé une poignée de main sur le perron de l’Elysée avant de s’éclipser dans le bureau présidentiel, au premier étage, pour un entretien en privé, au cours duquel les deux hommes devraient, entre autres, échanger sur les secrets d’Etat. À cette occasion le président sortant doit transmettre au président entrant les codes nucléaires.François Hollande s’est ensuite enfermer avec Emmanuel Macron dans le bureau présidentiel pour lui communiquer les secrets d’État, à commencer par les fameux codes de l’arme nucléaire. « Toutes les informations, y compris les plus sensibles, lui seront données pour qu’il puisse être directement en activité dès l’heure où je lui passerai mon mandat », avait assuré le chef de l’État sortant.

Selon TF1 ,Alexis Kohler devient secrétaire général de l’Elysée et Philippe Etienne conseiller diplomatique du chef de l’Etat, a annoncé dimanche l’équipe du président élu Emmanuel Macron. Alexis Kohler, 44 ans, ancien élève de l’Ecole nationale d’administration (Ena, promotion Averroès) était directeur decabinet d’Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’Economie.

 Patrice Strzoda devient de son côté directeur de cabinet du président de la République, et Ismaël Emelien conseiller spécial.Dans la cour de l’Elysée, tout est prêt pour le départ de François Hollande, qui doit céder la place à son successeur d’une minute à l’autre.

Visite du bunker de l’Élysée

Emmanuel Macron se verra confier la mallette noire qui accompagne le chef de l’État dans tous ses déplacements. Pour assurer la protection de la dissuasion nucléaire, des systèmes d’identification, notamment biométriques, permettent d’identifier le président. Autre moment important de cet entretien, entouré de mystère, la visite du bunker de l’Élysée, qui sert de commandement militaire.

Il s’agit, a expliqué François Hollande à l’AFP, de s’assurer que la cérémonie soit « simple, claire et amicale ». « Il disposera de tous les éléments qui lui permettront d’être efficace dès le premier jour, que tous les dossiers sur les sommets internationaux soient préparés, que les sujets économiques et industriels soient bien appréhendés et que toutes les équipes fonctionnent en harmonie ». Et d’observer : « Je préfère transmettre (le pouvoir) à un ancien ministre de mon gouvernement, un ancien conseiller, un proche tout au long de ces dernières années qu’à un opposant irréductible ».

Le nom d’Emmanuel Macron, comme celui de ses prédécesseurs à la tête de l’Etat depuis la Quatrième République, est inscrit sur le collier de grand maître de la Légion d’honneur. Il figure sous le médaillon représentant Mercure, divinité romaine notamment attachée au commerce et à l’industrie.

Vers 11h 08 Emmanuel Macron et François Hollande sont sortis du bureau présidentiel. Les deux hommes s’avancent sur le perron.Après plus d’une heure d’entretien dans le bureau présidentiel Emmanuel Macron a raccompagné François Hollande jusqu’à sa voiture, sous les applaudissements du personnel de l’Elysée. « Bon courage », est le dernier mot adressé au désormais ex-chef de l’Etat à son successeur. Le président sortant a ensuite quitté la cour du palais à bord d’une DS, fenêtre ouverte, saluant la foule.D’une démarche lente et solennelle, Emmanuel Macron a fait son entrée dans la salle des fêtes de l’Elysée au son de la musique de Camille Saint-Saëns. Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel s’est ensuite adressé à lui, rappelant notamment le résultat de l’élection présidentielle : « En application des articles 5,6,7 et 8 de notre Constitution, le Conseil constitutionnel vous a proclamé, le 10 mai, président de la République », lui a-t-il déclaré.Emmanuel Macron est officiellement devenu le huitième président de la Cinquième République. Le nouveau chef d’Etat s’est fait présenter le collier de grand maître de l’Ordre nationale de la Légion d’honneur, avant de signer le procès-verbal de son investiture.« Mon mandat sera guidé par deux exigences : la première sera de rendre aux Français cette confiance en eux, depuis trop longtemps affaiblie », a déclaré le nouveau président à l’occasion de sa première allocution. « Un travail lent, exigent, mais indispensable », a-t-il précisé.

« Le travail sera libéré, les entreprises seront soutenues, création et innovation seront au cœur de mon action », a assuré Emmanuel Macron.

« La France n’est forte qui si elle est prospère, la France est un modèle pour le monde que si elle est exemplaire. C’est là ma seconde exigence », a encore déclaré le nouveau président de la République. « Nous donnerons, ensemble, l’exemple d’un peuple sachant affirmer ses valeurs et ses principes, qui sont ceux de la démocratie et de la République », a-t-il affirmé, citant nommément ses sept prédécesseurs, de Charles de Gaulle à François Hollande pour leur rendre hommage.

« Nous aurons besoin d’une Europe plus efficace, plus démocratique et plus politique car elle est l’instrument de notre souveraineté et de notre liberté », a estimé Emmanuel Macron qui s’est présenté durant la campagne, notamment face aux candidats eurosceptiques, comme un européiste convaincu.

« Je sais pouvoir compter sur nos compatriotes pour mener à bien la tache considérable qui nous attend », a conclu le président de la République, sous les applaudissements de l’assistance. « VIVE LA RÉPUBLIQUE VIVE LA FRANCE » Une allocution suivie par « l’air du champagne » du Don Giovanni de Mozart.Le président tout juste investi est désormais en train de saluer ses invités dans la salle des fêtes de l’Elysée, recevant les félicitations des uns et des autres.Avant de passer en revue les troupes dans le parc du palais présidentiel 21 coups de canon seront tirés depuis l’esplanade des Invalides, sur l’autre rive de la Seine. Selon son entourage, le plus jeune président de l’histoire de la République, emménagera bien à l’Élysée avec son épouse Brigitte.Depuis les jardins de l’Elysée, et après avoir écouté La Marseillaise, Emmanuel Macron passe désormais en revue les troupes de la Garde républicaine. À noter qu’il est le premier président de la Cinquième République à ne pas avoir fait de service militaire.Les coups de canons commencent à retentir. 21 coups sont tirés, avec de la poudre mais sans boulet, bien entendu.La pluie et le vent frappent les Champs-Elysées. Comme François Hollande en 2012, Emmanuel Macron devra probablement braver les éléments pour remonter la plus belle avenue du monde. À moins que le nouveau président retarde sa sortie.Le nouveau chef de l’Etat décide donc de sortir, sous la pluie. Il se dirige finalement vers les Champ-Elysées en marchant (lentement). Alors que la pluie s’est arrêtée et que des rayons de soleil font même leur apparition, Emmanuel Macron entame sa remontée des Champs-Elysées à bord d’un véhicule militaire. Timing climatique parfait pour le nouveau chef de l’Etat. Le chef de l’Etat a terminé sa montée seul, en marchant, évidemment.Après le dépôt d’une gerbe aux couleurs de la nation, Emmanuel Macron s’est recueilli devant la tombe du soldat inconnu, seul cette fois. Lundi, c’est au côté de François Hollande, à l’occasion des cérémonies du 8 mai, qu’il était venu raviver la flamme sous l’Arc de Triomphe.Le président Macron salue les anciens combattants. Il doit ensuite regagner le palais présidentiel pour le déjeuner. Une rencontre avec Anne Hidalgo, la maire de Paris, est prévue dans l’après-midi.

La cérémonie sous l’Arc de Triomphe achevée, Emmanuel Macron salue désormais la foule assemblée autour de la place de l’Etoile, en haut des Champs-Elysées, prenant le temps de serrer les mains. C’est le premier bain de foule du nouveau président de la République !

Le nouveau chef de l’Etat a promis de se mettre au travail « dès ce soir ». Ses équipes, elles, ont déjà commencé à plancher. L’Elysée vient de publier le premier communiqué de presse de l’ère Macron, pour annoncer la visite du président de la République à Berlin, lundi.

Vers 15 h 55 Emmanuel Macron a effectué sa première visite en tant que président de la République. Le chef de l’Etat s’est rendu à l’hôpital militaire Percy, à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Il doit ensuite rejoindre Anne Hidalgo à l’hôtel de ville de Paris.Sur place, tout est prêt pour l’accueillir : Le compte Twitter De la ville lumière à publié « Le parvis de l’Hôtel de Ville se remplit petit à petit pour la visite du Président de la République 🇫🇷 » Vers 17 h00.Anne Hidalgo est sortie de l’hôtel de ville de Paris pour accueillir le président de la République. Le convoi d’Emmanuel Macron n’est pas encore arrivé à destination. Le protocole prévoit que la maire de Paris sorte cinq minutes avant l’arrivée du chef de l’État.Vers 17 h 07,Emmanuel Macron est accueilli par Anne Hidalgo à l’Hôtel de ville de Paris.Le chef de l’État, accompagné de son épouse Brigitte est arrivé sous les applaudissements de la foule présente sur le parvis de l’Hôtel de ville parisien. La sécurité apparaît très renforcée auprès du président.Emmanuel Macron et Anne Hidalgo se s’ont entretenu  dans le bureau de l’édile dans l’Hôtel de ville. Cet échange a duré  une vingtaine de minutes. De son côté, l’épouse du président se trouve avec l’adjoint à la maire de Paris chargé de la Culture, Bruno Julliard.

Vers 18 h Emmanuel Macron et Anne Hidalgo sont entrés dans la salle des fêtes de la mairie de Paris.Le protocole prévoit que le chef de l’État signe le parchemin de l’Hôtel de ville qui est présenté aux chefs d’État lors des visites officielles. Emmanuel Macron va ensuite prononcer un discours devant environ 800 personnes présentes dans la salle des Fêtes. La « Marseillaise » est jouée juste avant le discours d’Anne Hidalgo. 

Le discours d’Anne Hidalgo « Je suis heureuse d’accueillir au nom du peuple de Paris le président de la République (…) La France s’éloigne du pire dont elle s’était dangereusement approchée », a lancé la maire de Paris. « Paris aura besoin de vous pour continuer à grandir et à rayonner. Nous devons écrire la nouvelle page qui s’ouvre avec votre élection. Comptez sur Paris pour faire réussir la France ». 

« L’écologie est à la fois une nécessité et une opportunité. Nous avons besoin de vous », a-t-elle directement adressé à Emmanuel Macron. 

Anne Hidalgo évoque la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024, et conclut son discours en « souhaitant que Paris » inspire Emmanuel Macron.

Le président Emmanuel Macron prend à son Tour la parole  « Paris, c’est un cœur meurtri. Notre capitale a payé un lourd tribut au terrorisme islamiste. (…) Dans l’adversité, les Parisiens sont restés unis. »

Emmanuel Macron salue à présent les forces de sécurité et les secours qui sont intervenus lors des attentats de janvier et novembre 2015.

Emmanuel Macron fait à présent l’éloge de Paris, « qui rayonne intellectuellement, culturellement, artistiquement à travers le monde. »

« Paris c’est la ville qui a accueilli la COP 21, acteur majeur de la lutte contre les dérèglements climatiques. Le climat, la transition énergétique, voilà un sujet qui nous rassemble, et sur lequel nous devons travailler ensemble », dit Emmanuel Macron à Anne Hidalgo.

Présider la France (…) c’est faire l’unité du pays » : Emmanuel Macron s’exprime à l’Hôtel de Ville de Paris. « Le défi des 5 prochaines années sera de faire en sorte que notre pays ne se défasse. Voilà le défi du quinquennat qui s’ouvre : rassembler, entre les peurs et y répondre (…). Au peuple de Paris, je veux dire mon admiration. Cette ville fait la fierté de chaque Français

« Ma mission est cependant bien plus large », poursuit Emmanuel Macron. « Présider la France, c’est faire l’unité du pays en permettant à chaque commune de devenir un territoire de la réussite »

Emmanuel Macron termine son discours, qui a duré moins d’une quinzaine de minutes. « Vive Paris, vive la République et vive la France. » 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s