Emmanuel Macron est devenu, solennellement et officiellement, président de la République

C’est à 11h23 précises, dimanche, qu’Emmanuel Macron est devenu, solennellement et officiellement, président de la République. Le vainqueur de l’élection présidentielle a dû patienter pendant une semaine après le second tour pour devenir le huitième chef de l’Etat de la 5ème République, à l’issue de la passation de pouvoir et de la cérémonie d’investiture.Après avoir raccompagné François hollande à sa voiture dans la cour de l’Elysée, Emmanuel Macron s’est vu remettre les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur, puis a écouté Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel proclamer solennellement les résultats de l’élection présidentielle. Il a ensuite signé le procès-verbal d’investiture. C’est pendant ces quelques secondes qu’il est alors devenu très officiellement président de la République. 

Emmanuel Macron prend la parole:


« Le 7 mai, les Français ont choisi.

La responsabilité qu’ils m’ont confiée est un honneur dont je mesure la gravité.

Le monde et l’Europe ont aujourd’hui plus que jamais besoin de la France.

Ils ont besoin d’une France forte qui sache inventer l’avenir

Le monde a besoin de ce que les Françaises et les Français lui ont toujours enseigné : l’audace de la liberté.

Je veux rendre aux Français cette confiance en eux. Ce sera lent et exigeant.

Je ne céderai sur rien de mes engagements devant les Français

La responsabilité de toutes les élites sera rappelée, nous ne pouvons plus nous réfugier derrière des usages.

Nous devons retrouver le sens profond, la dignité de ce qui nous rassemble : agir de manière juste et efficace pour notre peuple. »

Dans son premier discours en tant que chef de l’État, Emmanuel Macron s’est attaché à rendre hommage aux efforts « remarquables » de tous ses prédécesseurs, n’oubliant aucun des sept présidents de la Ve République qui l’ont précédé. « Je veux ici les saluer, a commencé Emmanuel Macron. Je songe au général De Gaulle, qui œuvra pour redresser la France et lui rendre son rang dans le concert des nations. Je songe à Georges Pompidou, qui fit de notre pays une puissance industrielle majeure. À Valérie Giscard d’Estaing, qui sut faire entrer la France et sa société dans la modernité. À François Mitterrand qui accompagna la réconciliation du rêve français et du rêve européen. À Jacques Chirac, nous donnant le rang d’une nation sachant dire non aux prétentions des va-t-en-guerre. À Nicolas Sarkozy, ne comptant pas son énergie pour résoudre la crise financière qui avait si violemment frappé le monde ».

Naturellement, Emmanuel Macron a terminé son hommage par quelques mots en direction du président sortant. « Et je songe bien sûr à François Hollande, faisant oeuvre de précurseur avec l’accord de Paris sur le climat et protégeant les Français dans un monde frappé par le terrorisme. Leur oeuvre, sur toutes ces dernières décennies, s’est trop souvent vu empêché par un climat intérieur délétère, par le découragement de Françaises et de Français s’estimant injustement défavorisés, déclassés ou oubliés (…) ». Le terme « empêché » avait déjà été employé par le candidat Macron pour qualifier François Hollande durant la campagne présidentielle. Emmanuel Macron espère échapper à ces blocages comme la fin de son discours de laisse entendre : « Aujourd’hui le temps est venu pour la France de se hisser à la hauteur du moment ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s