Un attentat déjoué à cinq jours de l’election présidentielle 

À cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, deux hommes soupçonnés de « vouloir commettre, de façon imminente, une action violente » à « la veille » du scrutin ont été interpellés mardi à Marseille, a indiqué le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl. Ils étaient armés et cherchaient à confectionner des explosifs. Les deux suspects, Mahiédine M. (30 ans) et Clément B. (24 ans), sont de nationalité française et sont originaires des Hauts-de-France. La section antiterroriste du parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire la semaine dernière, rapporte FranceTVinfo.Ils ont été arrêtés par la DGSI et le Raid mardi matin, entre 10 heures et 11 heures, dans le 3ème arrondissement de Marseille. Selon Matthias Fekl, ils s’étaient « radicalisés » et étaient connus des services de police pour cela. Tous deux étaient activement recherchés depuis la fin de la semaine dernière et plusieurs dizaines d’enquêteurs étaient mobilisés sur ce dossier, selon le ministre de l’Intérieur. 

France TV Info rapporte que la DGSI a récupéré une photo dont l’auteur serait Mahiédine M., sur laquelle on voit un « fusil mitrailleur, associé à la Une du journal Le Monde du 16 mars (sur laquelle on voit François Fillon), un drapeau de l’Etat islamique, et un lot de munitions formant les mots »La loi du talion ». Mahiédine M. et son ami Clément B., se seraient radicalisés à la prison de Sequedin (Nord). »Rappelons que depuis vendredi, la sécurité autour de François Fillon a été renforcée.

L’interpellation des suspects a eu lieu dans un appartement qu’ils louaient, dans lequel des perquisitions ont été menées mardi matin. Des armes à feu, dont un fusil Uzi, et du TATP, un explosif très instable prisé des djihadistes, ont été retrouvés lors de cette perquisition, qui a nécessité le déploiement de démineurs.Les deux hommes « cherchaient à impacter la campagne », selon le ministre de l’Intérieur. Il est en revanche impossible à ce stade de savoir quel était leur projet précis, ni si un candidat était particulièrement visé ou non.

Les photos des deux hommes avaient été distribuées jeudi aux services de sécurité des candidats à l’élection présidentielle, d’après Marine Le Pen et l’entourage d’Emmanuel Macron. « Le fait que les deux individus aient été interpellés à Marseille alors que Marine Le Pen y tient un meeting le lendemain n’est peut-être pas un hasard », a indiqué l’entourage de la candidate FN. 

Selon le JDD, la cible des deux individus interpellés était le QG de campagne de l’un des prétendants à l’Elysée. « On nous a dit que les QG étaient menacés sans savoir précisément lequel, et on nous a demandé de renforcer la sécurité du nôtre, ce que nous avons fait », a indiqué à l’hebdomadaire une source proche du candidat d’En Marche!. « Nous savions depuis quelques jours qu’il existait une menace précise et qu’un commando était recherché », abonde, auprès de la même source, un proche de François Fillon.

Sur son site Internet, François Fillon a publié un communiqué dans lequel il réagit pour la première fois après l’arrestation des deux individus

« Je félicite et je remercie les forces de l’ordre et les services de renseignements qui ont mis hors d’état de nuire deux personnes soupçonnées de préparer un attentat en lien avec l’élection présidentielle.La démocratie ne doit pas plier devant les menaces et les intimidations des terroristes. La campagne doit continuer jusqu’au bout ».

François Fillon, candidat LR, réagit à nouveau en marge d’un déplacement : « Le niveau de menace dans notre pays est très élevé (…) J’ai eu assez de mal à dérouler mon programme comme ça pour me focaliser sur ce que je considère comme un fait-divers (…) Cela ne me fera pas reculer d’un centimètre carré ».

Emmanuel Macron, candidat « En Marche » à l’élection présidentielle, félicite les forces de l’ordre et ajoute : « Nos ennemis ont décidé de perturber le jeu démocratique (…) Pour ma part, je ne commente pas des informations transmises par le ministère de l’Intérieur pour protéger ceux qui sont en train de mener des opérations de sécurité et de renseignement »

François Hollande a salué mardi une « prise remarquable » après l’interpellation à Marseille de deux hommes soupçonnés de préparer un attentat « imminent », à cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle.

« Tout ce que je peux dire, c’est que nos services et nos policiers ont travaillé de manière remarquable nous permettant d’arrêter deux personnes qui vont maintenant être confrontées devant des juges et des policiers pour que nous sachions exactement quelles étaient leurs intentions. C’est une prise remarquable », a déclaré le président depuis Le Creusot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s