Attentat de Londres : Un point sur l’enquête 

Londres est sous le choc. La capitale anglaise a été frappée en plein cœur mercredi. Un homme au volant d’un SUV a renversé plusieurs personnes sur le pont de Westminster avant de pénétrer dans l’enceinte du Parlement où il a poignardé un policier avant de se faire abattre. L’attentat a été revendiqué jeudi par le groupe État islamique.

Jeudi, le groupe État islamique a revendiqué l’attaque, par le biais de son agence de propagande Amaq. « L’auteur de l’attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l’EI et l’opération a été menée en réponse à l’appel à frapper les pays de la coalition » internationale anti-djihadistes, a indiqué Amaq, citant « une source de sécurité ». C’est la première fois que Daech revendique une attaque en Grande-Bretagne, pays membre de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.La police britannique a mené dans la nuit un raid à Birmingham, dans le nord du pays, quelques heures après l’attentat de Londres qui a fait quatre morts. Les enquêteurs ont ciblé six logements. Ils ont également procédé à sept interpellations, a précisé le chef de l’antiterrorisme.

Birmingham est un fief des islamistes britanniques et l’un des auteurs des attentats de Bruxelles et Paris, Mohamed Abrini, y avait séjourné avant les attaques. La piste du « terrorisme islamiste » est privilégiée pour l’attaque de Londres, qui a fait cinq morts, dont l’assaillant, et une quarantaine de blessés devant le Parlement, un an jour pour jour après les meurtriers attentats de Bruxelles.

Les enquêteurs britanniques connaissent le nom et le profil de l’auteur de l’attaque, mais font le choix de ne pas communiquer. « Je ne vais pas faire de commentaires sur l’identité de l’assaillant, mais nous privilégions la piste du terrorisme islamiste », s’est borné à indiquer Mark Rowley, le commandant de l’antiterrorisme, mercredi soir. Il ne s’agit pas en tout cas du prédicateur radical qui avait été présenté comme l’assaillant hier après-midi par plusieurs médias dont la chaîne de télévision Channel 4, puisque l’homme en question est actuellement en prison. À la mi-journée, la Première ministre britannique a précisé que l’homme était « né au Royaume-Uni ».Un peu plus tard dans la Journée,selon la police, il s’agit de Khalid M., un homme né au Royaume-Uni et âgé de 52 ans. Selon le quotidien anglais The Guardian, l’auteur de l’attaque était connu des services antiterroristes britanniques. Une information confirmée, jeudi, par Theresa May. L’auteur de l’attaque a, en effet, fait l’objet d’une enquête des services de renseignements intérieurs (MI5) sur un réseau extrémiste. Toutefois, la Première ministre britannique précise qu’il était « un personnage périphérique » de cette enquête.

Des photographies montrant l’assaillant au sol, quelques instants après avoir été abattu, entouré d’une équipe médicale et de policiers, ont été publiées mercredi dans la presse britannique. On y voit un homme à la peau mate, barbu et entièrement vêtu de noir. Plusieurs témoins directs de la scène confirment ces éléments physiques.

L’auteur de l’attaque a d’abord foncé sur les piétons, à bord d’un SUV de marque Hyundai i40. Celui-ci aurait été flashé à une vitesse élevée à Chelmsford, non loin du pont de Westminster, indique le Daily Mail. Par ailleurs, BBC Newsnight croit savoir que l’assaillant avait loué la voiture à Birmingham, à trois heures de route au nord-ouest de la capitale. Le chef de l’antiterrorisme britannique a annoncé jeudi matin que des perquisitions avaient été effectuées à six adresses, à Birmingham et ailleurs dans le pays, et que huit personnes avaient été arrêtées.La police britannique a annoncé jeudi que les huit personnes arrêtées suite à l’attentat de Londres étaient soupçonnées de préparer des actes terroristes. Dans un communiqué, la police a précisé que sept de ces personnes avaient été arrêtées à Birmingham, dans le centre du pays, et une à Londres, et que des opérations avaient également été menées à Brighton et dans le Carmarthenshire, un comté du sud du pays de Galles.Par ailleurs, deux personnes blessées dans l’attentat de Londres mercredi étaient jeudi « entre la vie et la mort », et cinq se trouvaient dans un « état critique », a annoncé la police londonienne.

  • Les disparus

Une femme d’une quarantaine d’années. Elle a été tuée sur le pont de Westminster, enjambant la Tamise face à Big Ben, où la voiture de l’auteur de l’attaque a foncé dans la foule. De source diplomatique espagnole, « il s’agit d’une femme de nationalité britannique dont la mère est espagnole »se prénommant Aysha Frade, 43 ans, . Elle « n’aurait pas la nationalité espagnole » mais « le consul général a été en contact avec les membres de sa famille en Espagne pour leur offrir l’assistance du consulat ». Sa famille « est de Galice », dans le nord de l’Espagne, a précisé cette source. Selon le journal régional espagnol La Voz de Galicia, il s’agirait d’une enseignante de 43 ans vivant à Londres. Elle avait deux enfants de sept et neuf ans, selon les médias espagnols.

Un homme d’une cinquantaine d’années. Egalement fauché sur le pont de Westminster, un homme d’une cinquantaine d’années figure aussi parmi les victimes, a déclaré Mark Rowley. Aucune autre précision n’a été donnée jusqu’à présent.Un Américain, Kurt Cochran, a également perdu la vie. Il était venu à Londres avec son épouse, hospitalisée après l’attentat, pour célébrer leurs vingt-cinq ans de mariage. 
Un policier de 48 ans. Le troisième mort est un policier, Keith Palmer, 48 ans. Il était stationné devant l’une des entrées du Parlement de Westminster au moment où l’assaillant, qui a abandonné sa voiture contre les grilles de l’édifice, tentait d’y pénétrer. L’homme, armé d’un couteau, l’a frappé à plusieurs reprises, selon les témoins. Le député conservateur Tobias Ellwood a tenté de le réanimer, en vain. « J’ai cherché à stopper l’hémorragie et lui ai fait du bouche-à-bouche en attendant l’arrivée des médecins, mais je crois qu’il avait déjà perdu trop de sang », a raconté l’élu, photographié en plein massage cardiaque avec du sang sur son visage et ses vêtements.

  • Les blessés

Trois lycéens français hospitalisés. Une quarantaine de personnes ont été blessées, parmi lesquelles 29 ont dû être hospitalisées. Sept d’entre elles étaient dans un « état critique », selon le commandant de l’antiterrorisme de Scotland Yard Mark Rowley. Trois élèves français du lycée Saint-Joseph de Concarneau, en voyage scolaire à Londres, figurent sur la liste des blessés. Deux étaient dans un état grave mais leurs jours n’étaient pas en danger.


Une femme repêchée dans la Tamise. Cinq touristes sud-coréens – quatre femmes et un homme âgés de 50 à 60 ans – ont également été blessés dans le mouvement de foule qui a suivi l’arrivée de la voiture folle sur le pont de Westminster, a annoncé le ministre sud-coréen des Affaires étrangères. Une femme, dont la nationalité n’est pas connue, a été repêchée dans la Tamise grièvement blessée. Parmi les autres blessés figurent un Portugais, un Chinois et deux Roumains, ont confirmé les autorités de ces pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s