Semaine nationale de lutte contre le cancer 

Du 13 au 19 mars prochains, à l’occasion de la Semaine nationale de lutte contre le cancer, la Ligue contre le cancer poursuit son combat pour faire évoluer l’image sociétale du cancer. Parce que la lutte concerne tout le monde, y compris les plus jeunes, la Ligue contre le cancer donne la parole aux adolescents de 15 à 18 ans et leur pose une question complexe : quel regard portez-vous sur le cancer ?Le Dr Sonia Fabre assistante du Pr Hartmann de l’Hôtel Dieu est la première à envisager  » une ligue pour la lutte scientifique et sociale contre le cancer  » Le 14 mars 1918 Justin odart, Secrétaire d’Etat fonde la Ligue Franco-Anglo-Américaine Contre le Cancer « . Elle est déclarée le 6 avril 1918 et le 23 janvier 1919, autorisée à faire appel à la générosité du public dès le 21 juin de la même année. Elle est reconnue d’utilité publique en 1920. C’est une Association sans but lucratif régie par la loi de 1901.

En 1934 Justin Godart organise à Paris une réunion préparatoire en vue de fonder ce qui devait devenir dès 1935 l’Union Internationale Contre le Cancer. La Ligue, par son aide financière, à permis à l’UICC de faire ses premiers pas. J. Godart en sera président de 1935 à 1953.

La lutte contre le cancer, aussi bien dans le domaine de la recherche et des thérapeutiques, que de celui des progrès accomplis sur le plan social et humain est une préoccupation relativement récente. Dans un passé encore proche de nous, le cancer était considéré comme une maladie incurable et les malades qui en étaient atteints se voyaient refuser l’accès aux hôpitaux, car on les considérait comme contagieux.


Ce furent des œuvres charitables religieuses, parfois aussi laïques, qui prirent l’initiative de faire quelque chose pour les cancéreux. Elles se contentaient de les héberger, de les nourrir et de les panser, puisqu’il n’existait pratiquement pas de traitement ; mais cela était déjà beaucoup pour ces malheureux abandonnés et rejetés par tous.


En France, c’est le chanoine Jean Godinot, vicaire général de l’Abbaye Saint Nicaise de Reims, qui eut l’idée d’ouvrir en 1740 un établissement spécialisé pour les « cancérés ». Ce fut l’ancêtre des centres anticancéreux modernes. Puis en 1842, Madame Jeanne Garnier-Chabot fonde à Lyon une association mi-laïque, mi-religieuse, composée de veuves et de femmes charitables appelée « Calvaire », pour donner des soins dans un hospice à des cancéreuses avancées. Un « Calvaire » analogue s’est ouvert ensuite à Paris, rue de Lourmel. Des fondations semblables se créent par la suite pour les hommes sous les auspices de Saint Jean de la Croix.


Ces exemples porteront leurs fruits puisqu’en 1846, on admit les cancéreux dans les hôpitaux et les hospices généraux. L’Assistance Publique fit une première tentative dans deux services dits « d’incurables » à la Salpétrière et à Bicêtre. En 1897 l’Assistance publique ouvre un pavillon spécialisé à Brévannes.

Chronomogie de la lutte contre le cancer

1885 Roentgen découvre les rayons X

1898 Pierre et Marie Curie découvrent le radium

1918 Le Dr Sonia Fabre, assistante bénévole dans le service du Pr Hartmann de l’Hôtel-Dieu de Paris, est la première à envisager une lutte systématique contre le cancer. Le 14 mars, Justin Godart fonde la LIGUE FRANCO-ANGLO-AMERICAINE CONTRE LE CANCER qui deviendra en 1927 la LIGUE FRANCAISE CONTRE LE CANCER.

1922 Début de l’action de l’Etat dans la lutte contre le cancer

Autour de la Ligue naissent des Associations en Province, en premier lieu à Lyon. Naissance des premiers Comités de la Ligue

La Ligue publie la « Revue analytique des travaux sur le cancer » dont le Comité de rédaction était assuré par les professeurs Hartmann, Rigaud, Roussy, Lacassagne.

1923 Une loi fait figurer pour la première fois au budget de la Nation la lutte contre le cancer. La Ligue publie son premier bulletin  » La lutte contre le cancer  » destiné à informer le public et qui deviendra  » Vivre  » au fil des années.

1927 La Ligue Franco-Anglo-Américaine devient la LIGUE FRANCAISE CONTRE LE CANCER. La « Revue analytique » prend le nom de « Index analyticus cancerologiae ». Sa diffusion était mondiale. Son dernier numéro parut en 1962.

1930 L’Office national d’hygiène sociale et la Ligue organisent la première  » Semaine nationale de défense contre le cancer  » sous le patronage de Monsieur Désiré FERRY Ministre de la Santé Publique (presse, affichage, radio, cinéma…).

1946 L’administration des Postes émet un timbre au profit de la Ligue à l’effigie du Pr. BECQUEREL.

1949 Institution de la première quête nationale.

1950 La Ligue organise à la Sorbonne le 5è Congrès International sur le Cancer, plus de 400 communications de renommées internationales y font le point sur les cancers.

1955 La LIGUE FRANCAISE CONTRE LE CANCER devient la LIGUE NATIONALE FRANCAISE CONTRE LE CANCER

1957 Reconnaissance officielle des Comités départementaux de la Ligue par une Circulaire de la Direction Générale de la Santé.

1960 Le Comité de la Seine met au point un « service d’hospitalisation à domicile » qui deviendra en 1962 « Santé Service ».

1982 L’Assemblée Générale Extraordinaire établit les statuts-types des Comités.

1989 21 des plus grandes associations caritatives françaises, dont la Ligue, rédigent une Charte de Déontologie des organisations sociales et humanitaires faisant appel à la générosité du public.

1991 La Ligue est agréée par le Comité de la Charte dès cette date, l’ensemble des Comités en 1992.

1992 Cette charte reçoit l’engagement formel de tous les Comités. Chacun des présidents départementaux signe conjointement avec le président national. Ainsi tous les membres de la Ligue s’engagent à respecter les règles éthiques de la Charte : recueil de fonds, transparence financière, affectation des subventions conformément aux statuts, contrôle de l’utilisation des ressources.

1992 une Assemblée générale ordinaire modifie le nom de la Ligue qui devient LIGUE NATIONALE CONTRE LE CANCER.

1998 Premiers états généraux des malades atteints de cancer. La Ligue est reconnue comme le porte parole des malades pour exprimer leurs attentes et leurs besoins auprès des soignants et des responsables de santé.

2000 deuxièmes états généraux des malades. 2000 personnes réunies par la Ligue au CNIT : malades, anciens malades, proches, professionnels de la santé… Tous ont dialogués ensemble et témoigné de leur expérience du cancer pendant cette journée qui a été celle de la détermination des malades.

Adolescents, quel regard portez-vous sur le cancer ?

Opinionway – pour la Ligue contre le cancer – est parti à la rencontre des jeunes et leur a posé une série de question pour comprendre leur perception, leur niveau de connaissance sur la maladie, les facteurs de risques et avoir leur avis.     

En bref :


74% ont peur du cancer et 48% pour eux-mêmes.

Les traitements pour lutter contre cette maladie sont trop chers pour 89% des adolescents interrogés et 85% d’entre eux estiment qu’il n’y a pas assez de budget pour la recherche sur les traitements anticancéreux. 

96% ont conscience du fait qu’on peut avoir un cancer à tout âge.

Les facteurs de risque identifiés sont en premier lieu le tabac (94%) et la radioactivité (93%). Le cannabis, l’alimentation et le manque d’activité physique sont des facteurs sous-estimés.

40% des jeunes interrogés pensent que le cancer est une maladie héréditaire.

82% d’entre eux pensent qu’on peut guérir d’un cancer.

1 jeune sur 2 se sent mal informé (53%) sur la maladie.

Impliquée de longue date auprès des adolescents, la Ligue contre le cancer a initié des actions pour mieux prendre en compte cette population spécifique :

avec le programme « Enfants, adolescents et cancer » qui depuis plus de 10 ans, et grâce au partenariat avec les magasins E. Leclerc, finance des projets de recherche, et ainsi des avancées thérapeutiques majeures, et le développement d’Espaces Ados dans les lieux de soins ;

au travers d’actions de prévention menées auprès des plus jeunes, en milieu scolaire ou universitaire, pour informer sur les facteurs de risque (tabac, soleil, alcool) et promouvoir les dépistages : chaque année 120 000 élèves sont sensibilisés. En 2016, 70 interventions auprès des étudiants sont menées, 49 actions spécifiques en direction des jeunes en difficulté et en déscolarisation ;

par l’accueil des 103 comités départementaux de la Ligue qui au quotidien sont au contact des personnes malades, leur apportent informations, soutien, services et activités adaptées pour les accompagner dans leur parcours de soins et de vie ;

en ayant obtenu le droit à l’oubli pour les enfants et adolescents atteints d’un cancer pendant leur enfance afin qu’ils bénéficient du même accès à l’emprunt que tous et ainsi réaliser leurs projets de vie à l’âge adulte.

Le cancer fait peur à une majorité d’adolescents, il est pour beaucoup synonyme de mort. Mais face à cette maladie la Ligue engage les adolescents et jeunes adultes à se mobiliser dans cette lutte.

Bénévoles ou volontaires du service civique au sein de nos Comités départementaux, la Ligue a besoin de l’engagement des jeunes pour mener des actions de prévention ou promouvoir les dépistages, pour apporter du soutien aux jeunes malades afin de rompre leur isolement

(action de pairs à pairs).

L’association Jeunes Solidarité Cancer (JSC), partenaire de la Ligue, favorise également les liens entre pairs afin de développer un réseau de solidarité entre jeunes touchés par le cancer. Depuis 2000, elle anime un forum dédié aux 15-30 ans, malades ou proches, et a lancé récemment l’application JSC, premier réseau social destiné aux Adolescents et Jeunes Adultes, téléchargeable gratuitement sur l’App Store et Play Store. Partage d’informations, d’humeur ou même d’humour, ce nouvel espace offre aux jeunes confrontés au cancer (malades, anciens malades et proches), la possibilité d’échanger ensemble sur des thématiques diverses. Cet outil, simple et ludique, doit permettre à ces jeunes de rompre l’isolement dont ils sont trop souvent victimes, notamment durant leurs parcours de soins.

L’institut Curie renouvelle son opération « Une jonquille pour Curie », du 15 au 20 mars, afin de réunir des fonds pour financer des programmes de recherche innovants en la matière. De nombreuses activités sportives seront proposées pour que le plus grand nombre de volontaires puissent participer à cette action caritative.

Au départ du pont de l’Alma, cette course offrira trois options : 3,5 km de marche ou 5 km de course, ou pour les plus sportifs, la course chronométrée de 10 km.

L’inscription de 12 euros sera reversée à l’Institut Curie. Pour la course chronométrée, les participants auront le défi de collecter 100 € auprès de leurs proches en ouvrant une page de collecte sur le site dédié http://www.macollecte.curie.fr . Cette course viendra clore la semaine de la Jonquille.

Grande innovation cette année pendant la semaine de la Jonquille. Les skieurs pourront se défier lors d’un slalom géant sur les domaines des Ménuires. La réservation sur le site dédié du dossard de 15 euros sera totalement reversée à l’Institut Curie.
Offrir un don
La lutte contre le cancer vous concerne… dégainez votre téléphone, avec l’application pour smartphone « Une Jonquille pour Curie », composez le numéro court 3220, twittez « @SmoneyFR #envoyer 10€ @Institut_Curie » ou tout simplement rendez-vous sur le site jonquille.curie.fr ou en collectant des dons auprès de ses proches via une page à ouvrir sur la plateforme dédiée macollecte.curie.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s