Affaire Fillon : Un coup d’état institutionnel selon François Fillon 

François Fillon, empêtré dans les affaires visant les emplois présumés fictifs de son épouse, a dénoncé mercredi « un coup d’Etat institutionnel » contre sa candidature à la présidentielle, venu « de la gauche », et demandé aux parlementaires LR de « tenir 15 jours » derrière lui. « Je vis une expérience d’une violence inouïe, ma famille, mon entourage, nous-mêmes, la crédibilité de notre famille politique, de ma candidature, tout est remis en cause, dans le cadre d’une opération organisée professionnelle », a-t-il dénoncé lors d’une réunion à huis clos à son QG de campagne à Paris.
 « Nous sommes en face d’un coup d’Etat institutionnel », a déclaré François Fillon, fragilisé par une enquête sur les emplois présumés fictifs de son épouse, lors d’une intervention à son QG de campagne, devant les parlementaires réunis, selon des participants. « Cette opération ne vient pas de chez nous, cette affaire vient du pouvoir », a-t-il dit.



François Fillon a également reconnu que la crédibilité de sa candidature était remise en cause. « Je vous demande de tenir 15 jours et d’être solidaires », a-t-il ajouté, à l’intention des élus. L’un de ses porte-parole, Thierry Solère, a déclaré ensuite à la presse que « rien n’empêchera François Fillon et la droite française d’être présents devant les Français au premier tour et au second tour » de l’élection présidentielle.

 Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a jugé mercredi « pas acceptable(s) » les accusations de François Fillon. « La question qui est posée n’est pas celle d’un coup d’Etat de la gauche », a déclaré ce proche de François Hollande lors du compte rendu du Conseil des ministres. « Chacun doit assumer ses responsabilités, les Français attendent simplement vérité et transparence », a-t-il renchéri. « Renvoyer comme ça sur un coup d’Etat, écoutez, franchement, non, on ne peut pas accepter ça », a-t-il poursuivi. « La justice enquête, elle le fait en toute indépendance, elle le fera jusqu’au bout. »l’entourage du chef de l’Etat a déclaré que « le seul pouvoir, en l’occurrence, c’est celui de la justice, qu’on doit laisser travailler, et les seules exigences sont celles de la transparence et de l’exemplarité ».

Malgré tout François Fillon poursuit sa campagne. Englué dans l’affaire des emplois fictifs présumés de sa femme, le candidat de la droite à la présidentielle était en meeting jeudi à Charleville-Mézières, dans les Ardennes. « J’éprouve une colère froide face à cette meute qui se complaît dans cette entreprise de démolition et qui s’affranchit de toutes les règles », a-t-il lancé à l’assistance, les yeux emprunts d’émotion. Il est réconfortant d’être au milieu de vous, loin de cette agitation malsaine entretenue chaque jour par le microcosme », a-t-il également dit, dénonçant « des attaques d’une violence inouïe ». « Ces attaques ne sortent pas de nulle part. Elles ont été soigneusement préparées. Elles ont été mijotées dans les arrière-cuisines des officines qu’on finira bien par découvrir un jour », a ajouté François Fillon

J’assume le choix qui fut le mien de m’appuyer sur mon épouse et sur mes proches », s’est-t-il également défendu, alors que le Canard enchaîné a livré dans son édition de mercredi de nouvelles révélations embarrassantes, revoyant à la hausse les rémunérations perçues par Penelope Fillon (plus de 830.000 euros) et deux de ses enfants (84.000 euros) en qualité d’assistants parlementaires. Ces derniers devraient prochainement être entendus par les enquêteurs. « Je souhaite que la justice tranche rapidement cette affaire », a demandé François Fillon jeudi. « On me reproche d’avoir voulu que mon épouse soit la première de mes collaboratrices, celle qui depuis 40 ans construit avec moi mon parcours tous les jours. Il n’y a à cela rien d’illégal », a-t-il enfin assuré.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s