Handball Mondial 2017 : La France est championne du monde 

Les Bleus sont devenus champions du monde dimanche à Paris pour la sixième fois de leur histoire. Karabatic and co, malmenés en première période par une farouche équipe norvégienne, se sont envolés après la pause pour s’offrir, dans une ambiance de feu, une victoire (33-26) et cette couronne mondiale qui leur était promise. Avec cette sixième étoile sur son maillot, l’équipe de France assoit un peu plus son statut de meilleure équipe de handball de tous les temps.Après seize années d’attente et de domination sans partage, l’équipe de France était de retour à Paris, dimanche, pour une finale de Championnat du monde à domicile. C’est le match que tous les Experts attendaient, celui dont les deux rescapés de l’édition 2001 (Omeyer et Narcisse) leur avaient tant parlé, celui, aussi, qui devait offrir à plusieurs d’entre eux (Fabregas, Remili, Dipanda, N’Guessan) un premier titre avec les Bleus. Face à la Norvège, qu’ils avaient déjà affrontée en phase de poules, les Bleus, invaincus, partaient grandissimes favoris. Dans un AccorHotel Arena hystérique, le premier acte fut donc un combat de tous les instants, où la vitesse du jeu norvégien faisait des merveilles face à des tricolores régulièrement noyés sous les vagues blanches. Les Scandinaves jouaient crânement leur chance, prenaient le large, le conservaient en s’appuyant aussi sur une défense de fer, et un gardien du même métal en la personne de Torbjorn Bergerud. Côté français, Didier Dinart avait titularisé Thierry Omeyer, en réussite au début face aux premiers tirs adverses, beaucoup moins ensuite, de quoi provoquer son remplacement par Vincent Gérard dès le mitan de la première période. Le portier numéro un bis sera décisif, affichant au final un taux de réussite de 41% d’arrêts face aux tirs adverses.

Incapables d’imposer leur rythme, ils ont longtemps accusé trois buts de retard (7-10, 15e ; 11-14, 22e). Ce n’est qu’à la faveur de cinq dernières minutes à sens unique (5-1), boostés par deux gros arrêts de Vincent Gérard et une envolée au buzzer de Valentin Porte, que l’équipe de France a viré en tête à la pause (18-17).

Totalement relancés, les Bleus ont maintenu cette dynamique au retour des vestiaires : de deux contre-attaques fulgurantes, Michaël Guigou a même donné quatre longueurs d’avance aux siens dès la reprise (22-18, 33e). Et si la Norvège a tenté de s’accrocher (25-22, 45e) dans le sillage de son gardien, héroïque, l’équipe de France n’a plus regardé dans le rétro : s’appuyant sur la puissance de Ludovic Fabregas au pivot et l’efficacité retrouvée de Nedim Remili, elle a gardé le cap (29-23, 50e).A dix minutes du terme, l’ancien palais omnisports de Paris Bercy entrait en fusion, les Norvégiens semblaient épuisés face au tempo désormais dicté par les hommes de Didier Dinart (rappelons ici qu’ils ont eu un jour de récupération en plus avant cette finale), et on ne voyait pas comment ce sixième titre de champion du monde pouvait échapper aux Bleus. On avait raison : à l’issue d’une finale disputée puis maîtrisée, les handballeurs français sont montés sur la plus haute marche du podium, devant une foule que l’on qualifiera sans peine de délirante, à l’issue d’une finale terminée en roue libre (33-26).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s