CAN 2017 : La Côte d’Ivoîre tenante en titre accrochée ,Le Maroc  piégé 

Forcément attendue, en tant que tenante du titre, la Côte d’Ivoire n’a pas été resplendissante, pour son entrée dans la Coupe d’Afrique des Nations. L’équipe de Michel Dussuyer a pourtant tenté de mettre du rythme dans les premières minutes, mais le Togo a rapidement dévoilé son plan. La sélection de Claude Le Roy a formé un bloc regroupé, parfait pour casser les offensives ivoiriennes dans l’œuf.

Surtout, ils ont globalement maîtrisé la rencontre. Mais ni Jonathan Kodjia, qui a d’abord buté sur Kossi Agassa en début de match (10e), avant de manquer de la tête le cadre alors qu’il était seul dans la surface (55e), ni Wilfried Zaha, qui a vu son tir contré in extremis (68e), n’ont réussi à convertir leurs occasions. ils auraient même pu se faire surprendre en fin de match par la formation de Claude Le Roy, en lice pour sa 9e CAN, si Laba de la tête (78e) ou Matthieu Dossevi sur un centre-tir lobée (80e) avaient réussi leurs gestes. Les Éléphants concèdent donc un nul 0-0 dans un groupe C qui s’annonce potentiellement dangereux avec le Maroc de Hervé Renard et la République Démocratique du Congo. 

Le Maroc d’Hervé Renard s’est fait surprendre par la République Démocratique du Congo (1-0), pour son entrée en lice à la Coupe d’Afrique des Nations.

Les Lions de l’Atlas ont pourtant rapidement imposé leur jeu face à une équipe de RD Congo acculée. Après une occasion rapide de Boussoufa, les hommes d’Hervé Renard ont imposé un pressing très haut, surclassant techniquement leurs adversaires, à l’instar d’un Carcela omniprésent. Mais le manque d’efficacité a fini par se payer.

C’est Junior Kabananga, à l’affût d’une erreur d’appréciation du gardien marocain à la suite d’un centre fuyant dévié sur son poteau, qui a inscrit l’unique but de la rencontre d’un geste acrobatique (55e). Après l’ouverture du score, les « Lions de l’Atlas » ont poussé pour revenir. Mais ils ont été soit maladroits, à l’image d’En-Nesyri qui a vu sa frappe passer largement au-dessus alors qu’il était seul mais excentré dans la surface (70e), ou sont tombés sur un Matampi attentif comme sur la tête d’El Arabi à bout portant (86e)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s