đŸŽ…đŸ»đŸŽ„đŸŽ JOYEUX NOËLđŸŽ…đŸ»đŸŽ„đŸŽÂ 

Minuit est tombĂ©, l’avĂšnement du Christ est Ă  l’honneur je vous souhaite Ă  chacun d’entre vous un joyeux NoĂ«l que cette journĂ©e vous apporte joie et bonheur et que celle ci soit riche en cadeaux .Chrispixiz-12-12-2016-17-27-34

4399724dMidnight fell, the coming of Christ is honored I wish each of you a Merry Christmas this day brings you joy and happiness and that it is rich in gifts.joyeux-noel-2011

2ec8cc13

DĂ©couvrez l’origine de NoĂ«l 

NoĂ«l est une fĂȘte d’origine romaine cĂ©lĂ©brĂ©e chaque annĂ©e, majoritairement dans la nuit du 24 au 25 dĂ©cembre ainsi que le 25 toute la journĂ©e. En tant que fĂȘte chrĂ©tienne, elle commĂ©more la naissance de JĂ©sus de Nazareth. Avant la christianisation de l’Occident elle Ă©tait appelĂ©e Dies Natalis Solis Invicti et correspondait au jour de naissance de Sol Invictus. La date du 25 dĂ©cembre a Ă©tĂ© fixĂ©e comme grande fĂȘte du soleil invaincu (Sol Invictus) par l’empereur romain AurĂ©lien qui choisit ainsi comme date le lendemain de la fin des Saturnales mais qui correspond aussi au jour de naissance de la divinitĂ© solaire Mithra. AurĂ©lien souhaite en effet unifier religieusement l’empire  en choisissant cette date il contente les adeptes de Sol Invictus et du mithraĂŻsme tout en plaçant la fĂȘte dans la continuitĂ© des festivitĂ©s traditionnelles romaines.

La cĂ©lĂ©bration de NoĂ«l en tant que jour de naissance de JĂ©sus de Nazareth a conduit Ă  la christianisation progressive de ce « NoĂ«l paĂŻen » et peut ĂȘtre vue comme une contre-fĂȘte opposĂ©e par les chrĂ©tiens Ă  celui-ci. La premiĂšre mention de cette cĂ©lĂ©bration chrĂ©tienne Ă  la date du 25 dĂ©cembre a lieu Ă  Rome en 336.Le christianisme s’ajoute ainsi Ă  la liste des religions rendant un culte Ă  NoĂ«l. À la suite de l’Ă©dit de Thessalonique interdisant les cultes paĂŻens, la fĂȘte de NoĂ«l (du latin Natalis) devient exclusivement chrĂ©tienne.AprĂšs la chute de l’Empire romain d’Occident, la fĂȘte de Yule sera remplacĂ©e de la mĂȘme maniĂšre lors de la christianisation des peuples germains et scandinaves. NoĂ«l devint une des fĂȘtes chrĂ©tiennes les plus importantes durant la pĂ©riode mĂ©diĂ©vale et fut diffusĂ©e dans le reste du monde lors de la colonisation et de l’occidentalisation contemporaine. Elle conservera nĂ©anmoins toujours de nombreux Ă©lĂ©ments paĂŻens et sera rejetĂ©e par les groupes chrĂ©tiens les plus radicaux. Aujourd’hui, la fĂȘte de NoĂ«l s’est fortement sĂ©cularisĂ©e et n’est plus nĂ©cessairement cĂ©lĂ©brĂ©e comme une fĂȘte religieuse.
Le jour de NoĂ«l est fĂ©riĂ© dans de nombreux pays ce qui permet le regroupement familial autour d’un repas festif et l’Ă©change de cadeaux. Cela permet Ă©galement la participation aux messes de NoĂ«l pour ceux qui cĂ©lĂšbrent la fĂȘte sous sa forme religieuse. AprĂšs PĂąques, NoĂ«l est en effet la deuxiĂšme fĂȘte la plus importante du calendrier liturgique chrĂ©tien.
La pĂ©riode entourant NoĂ«l est appelĂ©e « temps des fĂȘtes » au Canada francophone et « fĂȘtes de fin d’annĂ©e » (ou plus simplement « les fĂȘtes ») en Europe quand on y inclut les cĂ©lĂ©brations du Nouvel An. Depuis le milieu du xxe siĂšcle, cette pĂ©riode perd son aspect chrĂ©tien tout en maintenant vivante la tradition de la fĂȘte. Dans cet esprit, NoĂ«l prend une connotation folklorique, conservant le regroupement des cellules familiales autour d’un repas et l’Ă©change de cadeaux autour du sapin traditionnel. Hors des foyers elle donne lieu Ă  l’illumination des rues, maisons et magasins et Ă  l’organisation de marchĂ©s de NoĂ«l. C’est Ă©galement une pĂ©riode importante sur le plan commercial.

Et le sapin de Noël ?

Quant au sapin de NoĂ«l, il faut remonter lĂ  encore trĂšs loin pour en trouver l’origine. ConsidĂ©rĂ© par les Celtes comme le jour de la renaissance du Soleil, le 24 dĂ©cembre Ă©tait en effet associĂ© Ă  l’Ă©picĂ©a, symbole de l’enfantement. C’est en 1521 que l’arbre de NoĂ«l, proche de celui qu’on connait aujourd’hui, aurait fait sa premiĂšre apparition, en Alsace. Dans cette rĂ©gion, les habitants ont commencĂ© Ă  couper les arbres encore verts lors de la Saint Thomas (21 dĂ©cembre) et Ă  les dĂ©corer de roses, de pommes (faisant rĂ©fĂ©rence Ă  Adam et Eve), de confiseries et de petits gĂąteaux dĂšs le XVIe siĂšcle…

Et la CrÚche de Noël ?

Le mot « crĂšche » dĂ©signe, Ă  l’origine, une mangeoire pour animaux (cripia en latin). Selon l’Ă©vangile de Luc, Marie aurait dĂ©posĂ© l’enfant JĂ©sus dans la crĂšche de la grotte amĂ©nagĂ©e en Ă©table (comme il en existait alors beaucoup en Palestine), oĂč Joseph et elle avaient trouvĂ© refuge, Ă  BethlĂ©em. Par extension, le mot crĂšche dĂ©signe le site tout entier.

L’invention de la crĂšche de NoĂ«l est traditionnellement attribuĂ©e Ă  Saint François d’Assise (1181-1226). Ce dernier aurait crĂ©Ă© la premiĂšre crĂšche en 1223, dans son Ă©glise de Grecchio et aurait fait tenir les rĂŽles des personnages de la NativitĂ© (l’enfant JĂ©sus, Joseph, la Vierge Marie, les Rois Mages, les bergers, les paysans) par des habitants du village. Petit Ă  petit, la coutume se serait rĂ©pandue et on aurait progressivement remplacĂ© les personnes vivantes par des figurines en cire, en terre cuite, en porcelaine ou encore en plĂątre. Les premiĂšres crĂšches proches de celles que nous connaissons ne sont apparues qu’aux alentours du XVIe siĂšcle, dans les Ă©glises. Les JĂ©suites seraient Ă  l’origine des premiĂšres crĂšches en format rĂ©duit.4aa34769

e1c7a82c

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s